AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Magic & Nonsense - Flav

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Huckleberry Finn
Intronisé


Quelques petites choses sur moi:
Devise : There has been much tragedy in my life; at least half of it actually happened.
Un petit mot ? : Yeeha.
Equipement :
MessageSujet: Magic & Nonsense - Flav   Dim 6 Aoû - 8:27

Magic & Nonsense

Flavien Sombreval - Huck Finn
(Mars 1900)

La moindre des choses que l'on puisse dire, c'est que Huck s'était donné un mal fou à récupérer cette relique sans se faire tuer, arracher un bras, dévorer par les indigènes, ou autres joyeusetés du même acabit. A vrai dire, il n'était pas mécontent de se débarrasser de ce truc qui ne fonctionnait même pas.
En soit, l'objet aurait pu être un peu plus intéressant. Un lien de cuir assez long pour faire le tour de son cou, auquel était rattaché une sorte d'amulette ronde forgée dans un métal inconnu, tiède au toucher, et composée de trois cercles capables de tourner les uns indépendamment des autres, chacun gravés de symboles uniques et inconnus. Les deux peuplades qui se le disputaient parlaient de grands pouvoirs, de la capacité de celui qui portait ce bijou à maitriser les éléments. Huck l'avait examiné, tripoté, tourné, observé sous toutes ses coutures pendant des heures, mais rien ne s'était produit. La seule chose remarquable qui lui était arrivé, était que, depuis son retour en Angleterre, il n'avait pas une seule fois été surpris par une averse. Un miracle dans ce foutu pays, surtout au mois de Mars.
C'est donc avec une opinion mitigée quant à la magie et l'utilité de la chose qu'il se rend, là, tout de suite, maintenant, et sans tarder (sous peine de se faire lyncher par la Ligue) au British Museum. L'amulette nouée autour de son poignet et cachée sous la manche de sa chemise, pour plus de discrétion et de sécurité.
Le British Museum, il le connait presque par coeur.
Le dragon qui veille dessus, moins. D'ailleurs, il n'est pas sûr de l'apprécier depuis que ce conservateur peu commun lui a roussi les cheveux. Accidentellement ou non, Huck s'en fiche, il voudrait juste éviter de finir rôti -ou bouilli, enfin, cuit en somme- parce qu'il y a franchement plus glorieux comme mort.
C'est donc avec une réserve peu commune chez lui qu'il rend sa poignée de main à Flavien en cette heure bien matinale.

-Bonjour.

Bien évidemment, pas besoin d'expliquer la raison de sa présence à la créature, et après un échange de mondanités poli et un poil hypocrite, l'aventurier entre directement dans le vif du sujet. Que ça plaise ou non au dragon. Il retrousse sa manche pour dévoiler son bracelet improvisé.

-Je ne sais pas ce que c'est, je ne sais pas comment ça marche, je ne sais même pas en quoi c'est fait. J'ai tenté de l'activer par tous les moyens que je connais, je l'ai observé pendant des heures, mais rien.

Tout en parlant, il dénoue lentement le lien de cuir. Ça lui évite de croiser le regard séculaire de son collègue, qui doit bien s'amuser de la situation.

-J'ai failli perdre un bras, finir étripé avec un os de jaguar taillé, et cuit dans une marmite de la taille d'une berline, tout ça pour cette chose sans grand intérêt...

Il râle, il râle, mais en réalité, il adore ça. La vie serait bien ennuyeuse sans ces petits désagréments...
Il tripote machinalement la pierre, les yeux rivés dessus, faisant tourner les cercles sans but aucun, faisant se croiser et se recroiser les symboles inconnus.

-Si vous avez une...

Il s'interrompt une demi-seconde en sentant le métal chauffer dans sa paume au point de lui brûler la peau, et a l'heureux réflexe de le lancer au loin. A peine en contact avec le sol, l'amulette laisse échapper une sorte de déflagration violente de forme circulaire qui massacre proprement tout ce qui se trouve dans un périmètre de trois mètres et qui n'est pas conçu dans un matériau un minimum résistant au feu.
Par instinct, Huck s'est jeté accroupi derrière l'un des énormes sarcophages de la réserve. Quelques secondes de flottement, il croise le regard de Flavien, sent un frisson courir le long de son échine.

-Qu'est-ce que... Qu'est-ce que c'est que ce bordel ?... Ça ne fonctionnait pas et puis... il marmonne d'une voix sans timbre.

Il se redresse légèrement, juste assez pour que sa tête dépasse de sa cachette improvisée. L'amulette est là, bien gentiment posée sur le sol, à l'envers. Inactive à nouveau. Comme si rien ne s'était produit... si toutefois on omet l'odeur âcre des divers objets ayant brûlés, les petits tas de cendre et la suie noirâtre qui macule les murs et le plafond de la pièce.
Il va se faire tuer par Flavien. Il le sent bien venir, là. Adieu monde cruel.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loxg.forumactif.com
avatar
Flavien Sombreval
Dragon

MessageSujet: Re: Magic & Nonsense - Flav   Dim 6 Aoû - 23:49






► Mars, sous-sol du British Museum
Magic & Nonsense
Huck &
Flavien
Attention! Mais je vous dis de faire attention! Vous transportez une vraie antiquité! Un seul mauvais pas et c'est plus de mille livres qui seront détruits!

Les deux livreurs me contemplent avec des yeux ronds, figés face à l'énormité de la somme.

Exactement, mille livres qui ne sont qu'une estimation préliminaire! Si ça se trouve ce que vous transportez vaut deux, ou trois fois plus! Et je suis sûr que vous n'auriez pas envie de rembourser cette somme n'est-ce pas?

Ils grognent, soudain beaucoup plus précautionneux. Oui je sais j'ai grossi la somme volontairement, mais quoi? Si ces deux clowns ne sont pas capables de faire correctement le travail pour lequel le musée les paie, je ne vois pas pourquoi je devrais prendre des gants et risquer de voir un trésor du temps passé être réduit à néant! Je recule d'un pas, ne les quittant pas du regard et les surveillant comme du lait sur le feu. Heureusement, au bout de quelques secondes qui me semblent des siècles ils déposent enfin la caisse de bois bourrée de paille qui a permis de transporter cette merveille jusqu'ici. Et en les voyant faire j'ai l'expression "Ca va comme dans du beurre" qui me vient à l'esprit, quand on remplissait les caisses d'objets précieux comme la porcelaine ou la verrerie de beurre fondu. Une fois durci, il constituait une magnifique protection pour les denrées fragiles, et pas trop cher... et là je me dis que ça n'aurait pas été du luxe de prendre une telle précaution... Ils s'en vont sans demander leur reste et sans demander un pourboire - et puis quoi encore, ils peuvent s'avérer heureux que je ne les ai pas transformés en ces brochettes qu'on trouve dans les pays orientaux.

Je soupire quand je me retrouve enfin seul dans mon antre, et me retourne vers mon gramophone, posant délicatement l'aiguille sur le cylindre gravé avant d'attraper le pied de biche et de faire sauter les clous qui maintiennent la caisse de bois fermée. Ces derniers cèdent et la caisse s'ouvre en un grincement sourd qui pourrait provenir de ma propre gorge, ce qui me fait sourire, avant de chasser le couvercle du revers de la main, le laissant retomber sans façon sur le sol,et j'ôte la paille et la couverture en laine dans laquelle on a emballé ma nouvelle pièce. Un magnifique dragon de jade, sculpté dans une seule pièce, et datant de la dynastie des Song. Une pure beauté, qui a traversé bien plus de mers et de continents pour venir ici que la population de tout un quartier de Londres réunie. J'attrape la sculpture, la soulevant sans souci et la faisant trôner sur une table, l'observant dans toute sa splendeur. Magnifique...

Je passe ensuite la tête dans le couloir et demande à un des assistants de me faire du thé avant d'attraper mon carnet, ma plume et de commencer à prendre des notes pour le dossier de cette oeuvre d'art. Scupture donc qui représente un bateau en forme de dragon. Les voiles et les cordages sont également en jade, taillés dans un seul morceau, dans un travail d'une infinie lenteur et d'une grande précision. Je m'interrompt pour récupérer ma tasse avant d'en boire une gorgée, reprendre mon carnet et continuer l'étude de ma nouveauté, remplissant soigneusement mon rapport. Et je souris en notant que l'usage d'une telle technique est caractéristique de cette époque, me retenant d'ajouter que je le sais non pas parce que j'ai fait des études et j'ai beaucoup lu, ce qui n'est certes pas un mensonge, mais surtout parce que j'étais en Chine à cette époque et que j'ai vu la mode de ce type de créations se répandre. On ne peut pas faire mieux point de vue authenticité hein? Je continue donc, absorbé par ma tâche quand on toque à la porte.


Plus tard Jérôme, je suis occupé.

Mais ce n'est pas Jérôme. A la place se trouve un homme d'une trentaine d'années, aux cheveux noirs et à la peau hâlée. Sur le coup je me demande d'où il est originaire, et j'hésite entre l'Italie, l'Espagne ou le Nord de l'Afrique... Pourtant, à la seconde où il ouvre la bouche, son accent est tel que je le situe tout de suite. Un américain. Après lui avoir serré la main je lui fais signe d'entrer, et lève l'aiguille de mon gramophone afin qu'on puisse discuter tranquillement.

Que puis-je faire pour vous?

Ses vêtements sont propres, mais ne sont pas d'une grande élégance, ni d'un grand luxe. Elles sont pratiques, et utilisées, sans chichis ou fioritures. Des vêtements de travail. Un américain ici, à Londres, habillé de la sorte... je devine rapidement qui l'envoie dans mon bureau et pourquoi il est là. Enfin, ça limite les raisons de sa venue à trois possibilités :
- Il m'apporte quelque chose.
- Il a besoin de quelque chose.
- Il veut mon avis sur quelque chose.
Et la réponse vient rapidement quand il retrousse sa manche, me montrant une sorte d'amulette retenue par un lien de cuir à son poignet. Je hausse un sourcil, intéressé, autant par sa valeur historique que par la magie qu'elle dégage et que je sens jusqu'ici. Je l'écoute me raconter comment il en est venu à trouver cette chose, n'éprouvant qu'un vague intérêt et hochant poliment la tête.


En effet, tout un périple pour la ramener jusqu'ici. Je suis désolé de toutes vos mésaventures monsieur Finn...

Je m'approche encore, observant cette précieuse chose qu'il tient entre ses mains, et les différents rouages qu'il fait tourner du bout des doigts. A chaque rotation d'un des disques, je sens les ondes magiques émaner de plus en plus fort de cette si petite chose. Et trop fasciné par ce que je vois, je ne réalise que trop tard ce qui se passe et surtout, ce qui va se passer.

Arrêtez. Arrêtez sinon ça...

Brusquement l'objet se charge d'énergie, absorbant la chaleur qui nous entoure, et j'ai juste le temps de me tourner vers mon précieux dragon de jade, pour faire barrage de mon corps alors qu'une détonation retentit. Je sens son souffle puissant qui balaie tout et fait trembler les murs, sa chaleur venant me mordre le dos alors que je me penche davantage en avant pour être sûr que ma merveille n'a rien. La vague se dissipe, et un silence de mort règne pendant quelques secondes. Je me redresse, et ôte mon veston à moitié brûlé à la hâte, restant en gilet et en chemise, le jetant à terre et étouffant les dernières flammes en marchant dessus rapidement. Puis je scrute mon antre. Mon gramophone est renversé sur le sol et brisé, tout comme une bonne partie de ce qui se trouvait sur mon bureau. Quelques étagères ont pris le roussi. Un vase grec est brisé sur le sol, et une statue médiévale est recouverte de suie. Mon souffle commence à se faire court alors que je le cherche du regard, mes yeux prenant l'éclat doré de la créature que je suis au fond de moi, et de la fumée sort de mes narines palpitantes.

Vous... vous... vous êtes... vous êtes un... un idiot! Un sombre idiot! Je vous ai dit d'arrêter!

Je commence à marcher vers lui, luttant pour ne pas me transformer en plein dans mon bureau, et tout détruire par mon gabarit.

Vous ne connaissez rien à la magie! Alors pourquoi avoir continué à jouer avec! Vous êtes un enfant avec une boite d'allumettes!

Ma voix est devenue caverneuse et fait trembler les murs.

Vous vous rendez compte du temps et de l'argent que ça va coûter que de tout remettre en ordre? De nettoyer les oeuvres? De recoller cette poterie qui a deux mille ans? Ca se chiffre en milliers de livres! Vous les avez j'espère parce que quelqu'un devra payer pour votre incompétence!

Je grogne en m'avançant vers lui.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Huckleberry Finn
Intronisé


Quelques petites choses sur moi:
Devise : There has been much tragedy in my life; at least half of it actually happened.
Un petit mot ? : Yeeha.
Equipement :
MessageSujet: Re: Magic & Nonsense - Flav   Mer 23 Aoû - 20:46

Magic & Nonsense

Flavien Sombreval - Huck Finn
(Mars 1900)

Oh mon dieu il va me brûler vif et je vais mourir dans d'atroces souffrances à même pas trente quatre ans à cause de cette putain de Ligue et de cette putain d'amulette. Adieu l'aventure, adieu Bram, Sasha, Tom, Gal, tout les autres. Je n'aurais même pas l'occasion de trouver une femme assez folle pour m'apprécier, de lui faire la cour, de me marier. Merde, j'ai même pas dit à Bram où trouver mon testament. De toute façon, il n'y a pas grand chose à hériter...
Je finis par me redresser, au lieu de continuer à me tasser, liquéfié sur place, alors que le dragon marche sur moi. Je me campe bien droit sur mes pieds, essayant de paraître un tant soit peu impressionnant et sûr de moi. En réalité, j'ai eu peur, et je suis moi aussi en colère. Contre moi-même, mais pas seulement.
De la fumée sort par ses narines. Si je n'étais pas aussi effrayé, je crois que j'éclaterais de rire.
Je croise les bras.

-Je ne suis pas stupide. Je suis ignorant en matière de magie, et si vous aviez eu un tant soit peu de jugeote, vous vous en seriez aperçu, et vous m'auriez immédiatement prévenu de ne pas toucher à cette amulette, au lieu de vous extasier dessus. je lâche, glacial.

Dieu merci, ma voix ne tremble pas, contrairement à mes mains. Je maintiens mon regard planté dans le sien malgré la couleur dérangeante de ses iris et la rage ombrageuse qui s'en dégage.

-Partant de là, je ne suis pas sûr d'être le plus stupide de nous deux.

Vous avez déjà essayer d'être menaçant face à un ours qui charge pour le faire s'arrêter ou lui faire faire demi-tour ? Non ? Bah là, c'est pire. Tenter de se faire respecter d'un homme manifestement au bord de la crise de nerfs qui fait au moins une tête de plus que vous, ce n'est pas simple... Alors imaginez si en plus vous savez qu'il est capable de vous rôtir pour vous dévorer les entrailles parce que c'est un dragon... C'est pire que tout. Je crois que si je ne finis pas à l'état liquide à force de terreur, c'est un miracle.

-D'autre part, si j'avais les moyens de rembourser une telle somme, pensez-vous réellement que je serais ici, après avoir couru la jungle pour trouver cette chose et vous la ramener au péril de ma vie ? Pensez vous réellement que je me présenterais dans une telle tenue, avec une telle dégaine, en société ?

Réponse: oui. Mais ça, il n'en saura rien. Même riche, je continuerais de courir le monde habillé comme un miséreux. Il me serait parfaitement impossible de renier mes origines, mes courses pieds nus dans l'herbe, ma maison-tonneau et cette liberté qui en découlait...

-D'ailleurs, excusez mon impertinence, mais la valeur de tels objets ne peut même pas s'estimer en livres, ni en aucune autre monnaie. Ce sont des reliques, pas des choses sans intérêt que l'on peut trouver partout. Alors à votre place, au lieu de commencer par chiffrer les dégâts, je me lamenterais un peu plus sur le trésor inestimable que vous venez de perdre par votre stupidité face à un ignorant.

Si je ne suis pas mort dans les trois minutes qui viennent, je jure devant Dieu que je me remets à croire en lui, et que j'irais même à l'église tous les dimanches comme un bon paroissien. Peut être même m'engagerais-je dans les ordres.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loxg.forumactif.com
avatar
Flavien Sombreval
Dragon

MessageSujet: Re: Magic & Nonsense - Flav   Sam 26 Aoû - 19:28






► Mars, sous-sol du British Museum
Magic & Nonsense
Huck &
Flavien
Mon regard se pose sur cette curieuse et intéressante relique ramenée par l'étranger dont j'ai oublié le nom - est-ce que je le lui ai demandé au moins? Je ne me souviens plus. Je m'en fiche de toute façon- alors qu'il la manipule, au-dessus du grand plan de travail sur lequel trône ma toute récente trouvaille, que je dois continuer et finir d'analyser comme il se doit une fois que cet intrus aura déguerpi. Enfin, cette petite chose nouée à son poignet transpire la magie par chaque molécule de son être, et elle pourrait bientôt obtenir le titre très convoité de nouvelle trouvaille la plus intéressante de mon bureau si les choses se précisent. Ses longs doigts couturés de cicatrices font pivoter et tourner les différents rouages qui la composent et à mesure que les symboles se superposent et répondent, je sens la magie qui se fait plus forte, un peu comme si chaque signe placé correctement sous un autre parvenait à décupler sa puissance, ce qui continue à mesure qu'il continue. Et contrairement à mes habitudes avec les humains, surtout ceux qui comme lui viennent me déranger, j'observe amoureusement ce morceau d'histoire qui me renvoie à la mienne.

D'après une estimation rapide, cette amulette daterait de plusieurs siècles, d'origine aztèque, et sa réalisation remonterait à l'époque des Conquistadors. Et dire que j'y étais. Que moi aussi, voyageant dans toute l'Europe depuis plus de cent cinquante ans après mon départ de ma bonne vieille Brocéliande, j'ai été saisi par un enthousiasme fou lorsque Colomb, ce Gênois travaillant pour les rois espagnols, est rentré de son expédition que tout le monde qualifiait de suicidaire, en racontant à tous qu'il avait découvert un nouveau continent. Je me suis embarqué avec d'autres, débarquant sur place après des mois d'une traversée horrible, plus d'une fois tenté de reprendre ma forme dragonne pour voyager plus vite et plus loin mais je ne connaissais pas l'endroit où nous allions, et je ne voulais pas prendre le risque de me retrouver, épuisé et affamé au beau milieu de l'océan. Au moins, tant que je restais sur le bateau, je pouvais compter sur de la nourriture, aussi mauvaise et insuffisante soit-elle, un peu d'eau et surtout un endroit où me reposer. De plus, ma force de dragon me permettait de m'acquitter de mes corvées sans vraiment me fatiguer. Une fois arrivé j'ai vu comment les européens, ceux que j'avais admirés pendant cette merveilleuse époque qu'était la Renaissance, où l'art et la science avaient fait tellement de progrès, étaient devenus des créatures cruelles, prêtes à tout pour combler leur soif de l'or qui ne pouvait jamais être tarie. J'ai fui dès la première bataille, m'enfonçant seul dans les terres, et arrivant par mes propres moyens jusqu'aux peuples autochtones. J'ai passé plusieurs mois auprès des aztèques, admirant leurs cités si belles, ordonnées et bien dessinées, leurs pyramides recouvertes de bas-reliefs fabuleux et découvrant leur mythologie si riche, comprenant un dieu serpent à plumes, et un autre à tête de jaguar. J'ai assisté à la vie quotidienne de Moctezuma à Tenochtitlan, quand cette cité n'était pas tombée dans les mains des pillards, avec un empereur vénéré comme un dieu, devant qui on étendait des tapis brodés d'or afin que ses pieds de touchent jamais le sol. J'ai vu cette civilisation s'éteindre en même temps que leur empereur, le sang versé qui valait moins cher que l'or que les espagnols convoitaient tant. Et brusquement un souvenir me revient... la discussion avec un des grands prêtres, qui avait découvert ma vraie nature, et qui m'avait dit que d'autres dragons vivaient haut dans les montagnes, près du Machu Picchu. Je les avais rencontrés mais ça, c'est une autre histoire. Cette amulette, je l'avais vue au poignet du prêtre... je m'en rappelle maintenant, et plutôt bien.

Perdu dans mes pensées et mes souvenirs, je ne remarque pas tout de suite que l'artefact émet bien trop d'énergie, et malgré mes ordres, cet ignorant continue et finit par tout faire sauter. Je réussis de justesse à protéger mon dragon de jade, sacrifiant ma veste au passage, que je finis d'éteindre sur le parquet vénérable, avant de me tourner lentement vers lui, au-dela de la fureur. Et pour couronner le tout, au lieu de se montrer un tant soit peu désolé, ou coupable, le voilà qui me fait face en croisant les bras, osant jeter la faute sur moi. Ma voix se fait encore plus caverneuse alors que je sens mes yeux prendre un éclat doré de mauvaise augure.

Quoi? Etes vous sûr misérable humain? Je vous ai DIT d'arrêter! Partant de là c'était à vous d'écouter! Vu que, comme vous venez de le dire, vous êtes ignorant! Quand on ne sait pas ce qu'on fait, on écoute les professionnels!

Bon sang, il n'a que quoi, trente ans d'existence, et il croit me donner des leçons, à moi? Moi qui ai vu des empires tomber et des têtes rouler? Qu'a-t-il vu et qu'a-t-il fait en comparaison de mes siècles de vie à arpenter le monde? Ma main s'abat sur la table, miraculeusement encore debout bien que noircie.

Et si je m'extasie c'est justement que je sais reconnaître la valeur des choses qu'on me confie! Je ne suis pas un enfant qui joue avec le premier caillou venu sans avoir conscience des risques!

Mon souffle se fait plus rapide, alors que je m'approche de lui. Non mais il continue. Ma main commence à grossir et à se couvrir d'écailles, alors que je viens attraper sa gorge pour le plaquer contre le mur, le dominant d'une bonne tête, et finis par rugir.

Silence! Je sais bien que ce sont des reliques qui ont plus de valeur historique que financière, sinon à votre avis pourquoi je serais ici? Pourquoi je ferais ce métier? Je suis vieux de plusieurs siècles et j'étais vivant au moment où une bonne partie des objets qui sont ici ont été conçus! Alors les leçons de morale récitées par un bouseux complètement inconscient vont s'arrêter! Vous savez ce que je suis? Un DRAGON vous entendez? Un dragon qui si vous ne tenez pas immédiatement votre langue va se transformer en une créature haute comme un immeuble de trois étages, avec des crocs qui font votre taille!

Les murs en tremblent, et je devrais me calmer, me dire que je vais attirer l'attention, mais c'est trop. Pour qui se prend-il ce crétin venu de sa campagne? Il veut une médaille pour avoir fait un tour en pirogue et évité quelques flèches? Mais j'ai survécu aux conquistadors et aux massacres des indiens! Entre autres. Alors ce n'est pas lui qui va commencer à m'apprendre quoi que ce soit. Je le hisse assez pour que ses pieds quittent le sol et crache un jet de flammes juste au-dessus de sa tête.

Des excuses. Tout de suite. Sinon vous allez finir comme le vase grec là bas. Et dommage pour vous, on ne pourra pas vous recoller...

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Huckleberry Finn
Intronisé


Quelques petites choses sur moi:
Devise : There has been much tragedy in my life; at least half of it actually happened.
Un petit mot ? : Yeeha.
Equipement :
MessageSujet: Re: Magic & Nonsense - Flav   Dim 10 Sep - 20:51

Magic & Nonsense

Flavien Sombreval - Huck Finn
(Mars 1900)


Il s'approche, de plus en plus, de plus en plus en colère, non, enragé en fait, et il me faut toute ma volonté pour ne pas reculer, faire demi-tour et partir en courant et en hurlant. Il me toise et je sens un violent frisson remonter le long de mon échine, des reins à la nuque, lentement, tandis que sa voix résonne, caverneuse, profonde et débordante de menaces. Il me saisit à la gorge de sa main à demi transformée, me plaque contre le mur et je sens mes pieds quitter le sol. J'agrippe son poignet, brusquement, et lève le bras pour me protéger du feu tout en détournant la tête. Les flammes me lèchent les doigts et le haut de la paume et je laisse échapper un couinement de douleur. La souffrance pulse, vive et lancinante. J’en ai les larmes aux yeux.
D'accord.
J'ai peut-être un peu abusé. Mais bon sang, je ne suis pas le seul en tort ! Et ça ne lui donne pas le droit de m'agresser physiquement, un peu de tenue bon sang ! Finalement, je reste peut-être le plus gentleman de nous deux malgré mes origines misérables...
En dépit de la terreur -je crois que je suis à deux doigts de me faire dessus. Genre, vraiment- je plante mon regard dans celui de la créature avec un aplomb tout simulé, et après plusieurs tentatives, je parviens à articuler quelques mots, d'une voix étouffée et rauque, alors que je suis au bord de la suffocation.

-Po.sez.moi.par.terre. je hoquète convulsivement, tentant tout de même de paraitre agressif, menaçant et glacial.

Il va finir par vraiment me tuer, à force de m'étrangler. Mais partant du principe que c'est moins douloureux que de mourir brulé vif... Ce n'est pas si mal. Ma vision se brouille lentement alors que mon souffle se fait de plus en plus pénible et difficile. Même si je voulais m'excuser là maintenant, j'en serais totalement incapable. Ses doigts sont bien trop serrés sur ma gorge.
Quelle idée ai-je eu de m'occuper de cet artéfact, de le ramener jusqu'ici ?! Et en même temps, comment aurais-je pu savoir que la relique allait se déclencher soudainement, sans raison ?! Alors que depuis que je l'ai trouvé, malgré un examen soigneux et des tripotages machinaux comme volontaires, il ne s'est jamais rien produit, jamais ! Peut-être est-ce dû à la présence du dragon ? Peut-être sont-ce ses pouvoirs qui l'ont déclenché ? Après tout, le feu est un point commun non négligeable...
Peu importe. Pour l'instant, je me fous bien de tout ça, je cherche juste à essayer de respirer.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loxg.forumactif.com
avatar
Flavien Sombreval
Dragon

MessageSujet: Re: Magic & Nonsense - Flav   Jeu 21 Sep - 23:06






► Mars, sous-sol du British Museum
Magic & Nonsense
Huck &
Flavien
Mais pour qui se prend-il? Qui croit-il être, ce misérable cloporte humanoïde, qui ose pénétrer dans mon bureau, mon antre, au milieu de mes antiquités chéries, une amulette millénaire en main et jouer avec comme si c'était un bilboquet? Quelle importance croit-il avoir pour venir déclencher l'apocalypse parmi ces vénérables témoignages du passé, et espérer s'en tirer à bon compte? Qui plus est, me tenir tête alors que c'est lui qui a commis la faute? Qu'il a déchaîné le pouvoir de cette chose et qu'il me critique. Tout ça c'en est trop, et mon sang de dragon ne fait qu'un tour dans mes veines plus que centenaires. La colère dévale chaque cellule de mon corps, tel une walkyrie chevauchant une monture ailée, me remplissant d'une lave en fusion qui fait surgir des écailles sur mon bras et de l'or dans mes prunelles. Misérable, misérable humain, tu viens de réveiller bien pire que la bête dont on te parlait sûrement quand tu étais enfant. Tu viens de déclencher une avalanche alors que tu n'as aucune idée de comment l'arrêter, et encore moins de la contrôler. Dommage que la Ligue l'envoie, et qu'il doive lui rendre des comptes, parce que sinon cet affront aurait signé son arrêt de mort. Et si l'envie de lui arracher la tête et d'observer avec plaisir des jets de sang pulser de sa carotide fraîchement tranchée est tentante, je me retiens in extremis, me contentant de le plaquer au mur et d'asséner à ses oreilles un rugissement à faire trembler les murs, avant de lui donner un simple avant-goût de ce qu'aurait été son sort si je n'avais pas juré de me tenir tranquille en échange d'une protection...

Je veux qu'il s'excuse, c'est pourtant simple! Je veux que sa petite bouche aux dents parfaitement inoffensives s'ouvre et reconnaisse qu'il a fait une erreur et qu'il a mal agi. Qu'il ne m'a pas écouté, et qu'à cause de lui, un vase antique est détruit. Même si je n'avouerai jamais que ce vase n'avait pas une immense valeur, question de principes. Je veux qu'il fasse preuve d'humilité, mais il semblerait que cela lui soit biologiquement impossible, ce qui me met hors de moi. Il m'ordonne de le reposer à terre, et il est si pathétique à vouloir jouer au dur alors qu'il me suffirait de serrer un tant soit peu les doigts pour réduire sa tête en purée que je me mets à rire, un rire profond et caverneux qui laisse s'échapper de nouvelles volutes de fumée.

Sinon quoi? Qui es-tu pour me donner des ordres? J'ai vu des empires s'élever et tomber. J'ai vu bien des rois défiler sur le même trône, des ennemis de toujours devenir des amis d'intérêt. J'ai vu le monde changer mille et mille fois. J'ai parcouru le monde et vu des choses qui n'existent plus que dans les textes et grâce à quelques reliques. Je suis un puits de savoir et un voyageur du temps. Toi, qu'es-tu? Hein? Qu'es-tu à part un insolent petit cloporte qui se croit important parce qu'il est allé faire une randonnée dominicale dans la jungle et qu'il a trouvé ça? J'ai lutté contre les conquistadors eux-mêmes!

Je l'observe quelques secondes alors qu'il lutte pour se dégager de ma main bien trop forte, et je vois que son visage prend une couleur violacée. Je soupire et finis par le lâcher, écartant simplement mes doigts pour qu'il retombe lourdement sur le sol alors que je recule, reprenant mon souffle et tentant de retrouver mon calme du mieux que je peux.

Maintenant sortez d'ici et estimez vous heureux d'en être quitte pour une simple frayeur.


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Huckleberry Finn
Intronisé


Quelques petites choses sur moi:
Devise : There has been much tragedy in my life; at least half of it actually happened.
Un petit mot ? : Yeeha.
Equipement :
MessageSujet: Re: Magic & Nonsense - Flav   Mar 3 Oct - 11:43

Magic & Nonsense

Flavien Sombreval - Huck Finn
(Mars 1900)

Sinon quoi ? Sinon rien. Il n'y avait pas de sinon. Je suis peut-être impulsif et imprudent, mais pas stupide, et je sais que je ne suis pas en position idéale pour négocier.
Les ténèbres s'abattent sur moi, le sang rugit à mes oreilles, et je ne suis plus capable de réfléchir. J'entends juste sa voix, mais ses paroles n'ont presque plus aucun sens. Un bruit de chute, et soudain, l'air passe, s'infiltre dans ma gorge endolorie, jusqu'à mes poumons, alors que j'inspire par à-coups, émettant des sons à mi-chemin entre le hoquet et le râle. Mon ouïe se fait plus claire, la vue me revient petit à petit, puis le reste, l'odorat, les sensations physiques. Dont je me passerais bien, entre ma main brûlée et mon cou tuméfié... Pas vraiment la joie. Je reprends petit à petit mes esprits. J'effleure ma gorge du bout des doigts et grogne sourdement. Je lève les yeux sur le dragon.
Espèce de cinglé. Bon à enfermer. Bourré d'un ego surdimensionné. Et il appelle ça une simple frayeur ? Il est malade, fou, dément !
Je me redresse, me relève péniblement, vacillant. Je titube sur quelques pas, avant de le saluer. Et encore, je m'y reprends à plusieurs fois avant d'arriver à articuler quelque chose d'audible et de compréhensible surtout.
Je sors de la pièce à reculons, n'osant pas le quitter des yeux, de peur qu'il ne m'agresse une nouvelle fois. Non pas que j'ai une chance de riposter, mais je pourrais peut-être au moins esquiver ou fuir.
Mes pieds accélèrent d'eux même alors que je regagne le rez de chaussée, mais au lieu de prendre la direction de la sortie, je bifurque vers la Galerie du Siècle des Lumières. J'ai besoin de calme, et l'agitation de la rue n'est pas exactement l'idéal pour cela. Je pénètre dans la pièce, émerveillé, comme à chaque fois que j'y viens. Ce lieu est l'un des endroits que je préfère parmi tous ceux que j'ai pu visiter, avec ses hauts murs vitrés remplis de livres et de curiosités, prolongés d'une mezzanine et de hautes fenêtres, son parquet de bois clair, et ses statues de tailles parfois impressionnantes. J'erre un moment, me perdant dans les différentes reliques, avant de finalement me laisser tomber sur l'un des bancs de bois situé au milieu de la salle. Loin d'être aussi apaisé que je le voudrais, je m'efforce de réfléchir, remontant le col de mon manteau lorsque je surprends le regard intrigué d'un visiteur.
Ca va voler très bas ce soir avec Bram, et plus encore d'ici quelques jours avec la Ligue...


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loxg.forumactif.com
 
Magic & Nonsense - Flav
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EDH for magic
» Age of Magic
» Magic Work - Les bizarr'Sisters
» Magic ball ^^
» It's magic banane is the

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
League of Extraordinary Gentlemen :: 
Londres
 :: 
Quartiers Nord - Ouest
 :: Le British Museum
-
Sauter vers: