AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'occasion de se rencontrer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
James Hook
Intronisé


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Two people with a common goal can accomplish many things. Two people with a common enemy can accomplish even more.
Un petit mot ? :
Equipement :
MessageSujet: L'occasion de se rencontrer   Mer 25 Oct - 1:59

HOOK
James

MURRAY
Wilhelmina

L’occasion de se rencontrer
Qui aurait cru que les sous-sols de ce gros et imposant Parlement puissent dissimuler un tel lieu? On pouvait facilement oublier l’horrible ville de Londres dans ce lieu paisible et confortable. Luxueux également, trop pour que James s’y sente entièrement à l’aise. À chaque fois que son regard se posait sur quelque chose, c’était pour y découvrir un riche motif ou matériel qui ne faisait que rehausser l’ensemble auquel il appartenait. C’était quasiment écrasant. Jamais le petit orphelin irlandais n’aurait cru un jour se retrouver dans un tel endroit, même s’il essaie de ne pas montrer qu’il est intimidé. La chambre qu’on lui a attribuée est… immense, et étrangement calme, trop calme pour lui qui est habitué au bruit de son équipage, à celui du vent incessant et du doux ronronnement des moteurs à vapeur du Jolly Roger. Inutile de dire qu’il dort très mal, en dépit du grand confort mis à sa disposition.

Ceci expliquant cela, en ce moment James s’est endormi dans un des salons composant les quartiers de la Ligue. La fatigue cumulée et la quiétude des lieux contribuent pour beaucoup à son état. Ne pas avoir à surveiller sans cesse son dos -non, il ne fait pas tant que ça confiance à son équipage- aide beaucoup à relâcher sa vigilance également. Eeeettttt… des cartes. Ce lieu possède la plus grande et belle collection de cartes maritimes et terrestres qu’il n’a jamais vue. Il a littéralement pillé les étagères -m’enfin c’est pas un réel pillage tant qu’il ne se sauve pas avec le butin mais on ne chipotera pas sur les mots- pour étudier les plus intéressantes et en sélectionner quelques unes pour éventuellement les recopier. Oui, recopier. Pas besoin de savoir lire et écrire pour retracer des lignes sur du papier comme un véritable maniaque du moindre détail.

Parlant de détails, un petit non négligeable: avec tout ça James a complètement oublié sa rencontre avec Lady Murray. Notre corsaire a peut-être un fabuleux sens de l’orientation et pour sentir de quel côté souffle le vent, mais côté notion du temps quand il se retrouve loin du ciel dans le fond d’un sous-sol… et avec un précieux trésor de cartes à inventorier…

Bref, en ce moment James s’est endormi, bien calé dans un de ces trop confortables fauteuils du salon, une petite pyramide de rouleaux de cartes empilées sur la table près de lui. Une autre carte est posée sur ses genoux, sa dernière étude en date avant que le sommeil ne gagne sur l’intérêt du navigateur en lui, ladite carte retenue de tomber sur le sol par le crochet faisant office de main gauche dans lequel elle repose, bien roulée sur elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Wilhelmina Murray
Membre du Conseil


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
MessageSujet: Re: L'occasion de se rencontrer   Jeu 9 Nov - 2:28

Cinq minutes.
Dix minutes.
Quinze minutes.
Elle a assez attendu.

D’une salle de réunion, Mina sort avec une moue des plus pincées, forte d’une contrariété qu’elle ne peut pas exprimer librement. Elle croise un de ses collègues et suite à une salutation fort brève, lui adresse le début de ce qui la contrarie - bien que le ton qu’elle affecte soit d’une neutralité admirable : « Avez-vous vu le capitaine Hook ? Il devait me rejoindre, mais il n’est toujours pas arrivé. Je crois l’avoir vu dans la bibliothèque, hier, peut-être l’y trouverez-vous ? » Pas une mauvaise idée. L’institutricei a tôt fait de se rendre à la bibliothèque, mais c’est pour trouver celle-ci tout aussi vide de l’homme qu’elle doit rencontrer aujourd’hui. Son impatience s’accroît un brin, sans parler d’un brin d’égo piqué au vif. Oh, c’est bien la peine de la flatter pour ensuite lui poser un lapin tel un mécréant ! On ne la reprendrait pas, à se fier aux paroles d’un forban ! Ce flagrant manqué de ponctualité est d’une indélicatesse rare, surtout pour une dame qui accorde tant d’importance aux convenances et aux bonnes manières, et c’est d’un pas énergique qu’elle quitte la bibliothèque avec l’idée d’aller écrire une missive fort déplûe au capitaine en question.
Idée qui se suspend lorsqu’un ronflement léger l’attire en direction d’un des salons avoisinant la bibliothèque et que dans l’un des fauteuils, elle y découvre un homme endormi. Plutôt profondément, même, à voir sa posture peu classique. Toute sa colère s’évapore et un sourire amusé étire ses lèvres, et c’est à pas de loup que la jeune femme entre dans le salon et se poste devant celui qu’elle suppose être le capitaine James Hook.

Elle l’observe, d’abord, ce fameux corsaire avec lequel elle a échangé moult lettres, mais jamais un seul mot de vive voix. Même Bram et Huck l’ont rencontré avant elle. Plutôt bel homme, dans son genre. Le genre… peu conventionnel. Le sommeil donne à ses traits une quiétude qu’il ne doit certainement pas arborer bien éveillé. Sur la table près de lui, une pile de rouleaux, et même un qui repose dans la courbure du crochet qu’il porte en guise de main gauche. Ses yeux bleus restent fixés sur l’étrange objet, fascinés, et en retenant son souffle, elle se rapproche encore davantage de l’homme. Il dort toujours, sa respiration régulière soulevant sa poitrine sans s’interrompre. Sa main blanche se tend vers le crochet brillant, telle une Aurore hypnotisée par l’aiguille d’un fuseau ensorcelé, jusqu’à ce que ses doigts en effleurent la courbe jusqu’à sa pointe effilée. Froid. Le contact la surprend et elle se recule brusquement, gênée qu’on puisse la surprendre à effectuer ce geste si… presque intime. « Hrm hrm. Raclement de gorge sonore, qui fait remuer l’homme dans son fauteuil. Bien. Capitaine Hook, je présume ? », dit-elle d’une voix claire. L’expression impassible, mais les joues un peu rouges.

_________________
Dialogues en indianred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
James Hook
Intronisé


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Two people with a common goal can accomplish many things. Two people with a common enemy can accomplish even more.
Un petit mot ? :
Equipement :
MessageSujet: Re: L'occasion de se rencontrer   Ven 10 Nov - 5:34

HOOK
James

MURRAY
Wilhelmina

L’occasion de se rencontrer
La quiétude de cet endroit est dangereuse, elle lui fait baisser sa garde, et ce n’est pas dans ses habitudes. Même dans ses quartiers à bord du Jolly Roger, l’endroit qui ressemble le plus à un chez lui pour James, il garde toujours un œil par-dessus son épaule. La confiance envers les autres n’est pas quelque chose qui vient facilement à l’ancien pirate, et il ne changera pas ses habitudes facilement. Une fois n’est pas coutume, en ce moment il ne bronche même pas alors qu’une petite souris s’approche près de lui, près, trop près, au point de pouvoir effleurer le fameux objet qui a fait son surnom, et qui cause toujours une étrange fascination lors de la première rencontre. Pour sa part, sa première rencontre avec ledit crochet n’a pas été très… m’enfin ce fut plutôt morbide, et les questions à son sujet fusent rarement, parce que les gens sont en général trop courtois -ou trop intimidés- pour demander.

Il en reste que, si le discret toussotement de la petite souris a légèrement contrarié le sommeil du Capitaine, la voix claire et mélodieuse qui s’impose ensuite à travers les brumes des rêves amène aussitôt une réaction défensive de la part du corsaire. En moins de temps qu’il n’en faut pour lire ces mots, la main droite de James s’est munie de son pistolet, toujours en sa compagnie sous son manteau, et l’arme décrit un arc vers l’avant, le pouce recule le chien pour… poursuivre le mouvement et déposer l’arme sur la table, faisant rouler quelques cartes sur le sol dans un doux bruissement de papier. James pour sa part décoche un regard entre le reproche et l’excuse à la jeune femme, se mordant brièvement la lèvre inférieure à la simple pensée de ce qui serait arrivé s’il n’avait pas un aussi bon contrôle de lui-même. D’un rapide geste de sa main valide, il se frotte les yeux pour finir de chasser les bribes de sommeil puis se lève, s’approche de cette inconnue qui le réveille de la sorte, et s’incline légèrement, non sans la fixer de son regard bleu tout le temps qu’il s’exécute.

- S’il vous plaît ne faites plus jamais ça! Et pardon. Que puis-je pour vous mademoiselle?

Ça étant le réveiller en sursaut, alors qu’il est à des milles et des lieues de la conscience, et qu’il est armé. Ou toute variation semblable de la situation sans doute. Et d’un coup, une autre réalisation semble frapper notre corsaire qui glisse un regard sur sa droite, puis sa gauche, avant de revenir vers la femme en face de lui, n’ayant visiblement pas trouvé ce qu’il cherchait.

- Quelle heure est-il?

Avec une chance pourrie, il va être complètement passé l’heure convenue pour un entretien avec Lady Murray. Et non, l’idée que ce bel ange en face de lui soit la dame en question ne l’effleure même pas. Elle est beaucoup trop jeune, trop ravissante, lumineuse avec cette peau si pâle et ces iris dont la couleur ne fait que rehausser cette impression d’irréel. Lady Murray est sûrement plus vieille, probablement coincée avec un air sévère et les lèvres pincées comme l’image qu’on se fait de l’institutrice anglaise par excellence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Wilhelmina Murray
Membre du Conseil


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
MessageSujet: Re: L'occasion de se rencontrer   Mar 14 Nov - 0:04

Doux Seigneur ! Elle ne pensait certainement pas générer une réaction si agressive chez l’homme d’un simple bruit de gorge ! Il a dégainé son pistolet à une vitesse remarquable et si par réflexe, elle s’est écartée du chemin de l’arme, elle sait que s’il avait été un ennemi, elle aurait été faite. Morte, Mina, fauchée par sa propre imprudence. Idiote. Une main posée sur son coeur, qui bat si fort qu’elle le sent à travers toutes les couches de sa sage robe, elle l’observe déposer son arme sur la table, puis se lever pour lui faire face. Les yeux aussi bleus que les siens, embrumés à la fois par le sommeil et la méfiance. Il s’incline devant elle, premier geste de politesse que l’institutrice lui observe. Un point positif, au moins, qui rapidement s’efface : « S’il vous plaît ne faites plus jamais ça ! Et pardon. Que puis-je pour vous mademoiselle ? Vous êtes dans une bibliothèque, Monsieur. Votre plus grande menace est la poussière », réplique la brune, sans répondre à sa question. De toute façon, il ne semble pas vraiment lui en tenir rigueur, puisqu’il lui en pose une nouvelle, de question, avec un air des plus concentrés et même un tantinet inquiet : « Quelle heure est-il ? » Ah ! La voilà, la question cruciale !

Elle se demande si elle doit lui dire la vérité. Ou si, idée insidieuse et malicieuse, jouer. Le mener en bateau, quelques temps, et profiter d’avoir un certain ascendant sur cet homme sans même qu’il le sache. Ce serait mesquin, et Wilhelmina ne l’est pas, de mesquine, mais… ce serait tentant. Bien trop pour laisser passer cette occasion de lui montrer, à ce corsaire, que la ponctualité n’est pas une affaire à prendre à la légère. Surtout avec elle. « Quinze heures, passé le quart. Bientôt la demie, je dirais, même, répond-elle, avec un sérieux impeccable malgré l’envie de pouffer de rire qui chatouille sa gorge. Sa voix s’adoucit, faussement naïve, et ses grands yeux bleus papillonnent un peu plus, se plient à son petit jeu. Vous attendait-on à quelque part, capitaine ? Je puis peut-être vous conduire, si c’est le cas. » Classique de la blague, pour cette jeune femme qui affecte tant de rigidité. Elle ne saura pas la tenir bien longtemps, elle est une terrible menteuse, et la conversation mènera forcément jusqu’à sa supercherie, mais qu’importe.

Pour le moment, pour ces quelques secondes, elle s’amuse bien.

_________________
Dialogues en indianred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
James Hook
Intronisé


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Two people with a common goal can accomplish many things. Two people with a common enemy can accomplish even more.
Un petit mot ? :
Equipement :
MessageSujet: Re: L'occasion de se rencontrer   Mer 15 Nov - 0:54

HOOK
James

MURRAY
Wilhelmina

L’occasion de se rencontrer
James ne peut retenir ce petit haussement du sourcil, à la fois sceptique et ironique, quand le bel ange lui dit qu’il n’a rien à craindre. Certes, ils sont dans une bibliothèque, entre les murs de la Ligue, et il n’y a techniquement aucun danger qui guette. Mais. Parce que ça prend toujours un mais. Il pourrait évoquer quelques gardiens pas très commodes, le genre de ceux qui ont six bras et une arme dans chaque main. Ou qui crachent du feu. Ou qui sont des espèces de bestioles mortes-vivantes peu ragoutantes. Ou faire la drama queen et dire qu’il est difficile de taire les réflexes développés par des années de survie. Ça serait vrai, et vraiment trop dramatique oui, et notre corsaire n’aime pas vraiment ce genre. À la place, il va adresser un sourire amusé à la jeune dame et rire un peu aux dépends d’une de ses propres lacunes, question qu’elle comprenne qu’il n’est vraiment pas à sa place ici et… oui elle va comprendre qu’il n’a pas les manières et la classe des autres gens qui fréquentent ce lieu.

- Quand on ne sait pas vraiment lire, chaque livre est plutôt terrifiant.

L’amusement est passager, car l’annonce de l’heure amène une mine plus que soucieuse au capitaine loin de son navire, qui étouffe un juron bien irlandais alors qu’il récupère son arme, s’assure qu’elle est bien désarmée et la range dans l’étui dissimulé sous son manteau. Il rate ce joli papillonnement des cils de la jolie demoiselle, mais ses pensées sont plutôt occupées à savoir à quelle sauce il va être dévoré pour ce retard.

- Je crains avoir fait attendre plus que de raison une Dame que j’estime beaucoup.

Bravo. C’est ça qui arrive quand on mélange fatigue et quiétude. Il va devoir envisager se munir d’une montre le temps qu’il sera coincé à Londres. Ce n’est pas DU TOUT ce que James avait en tête pour sa rencontre avec Lady Murray. Misère. Et il y a toutes ces cartes qui traînent -comment se mettre un potentiel bibliothécaire à dos- et il voulait récupérer quelque chose dans ses quartiers avant…

Visiblement, il hésite entre ramasser les cartes délaissées sur la table, prendre la direction de l’endroit où une femme furieuse doit l’attendre ou… James passe sa main valide dans ses cheveux avec un petit soupir et hausse les épaules, ramenant son regard vers la jeune femme.

- Merci, c’est aimable mais je crois connaître la direction approximative. Si vous voulez me rendre service vous pourriez dire à la potentielle personne courroucée de ma négligence que je viendrai sous peu mettre de l’ordre dans ces cartes? Si vous voulez m’excuser, je vais au moins tâcher de me présenter à cette rencontre en retard, mais avec le cadeau que je prévoyais offrir.

Et d’une brève inclinaison du buste, James prend congé de ce bel ange et tourne les talons, hâtant le pas vers la chambre qu’on lui a attribuée à son arrivée ici, se maudissant intérieurement d’avoir été aussi négligeant des heures passées trop rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'occasion de se rencontrer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour une occasion très spéciale !
» L'homélie de Mgr. Louis KÉBREAU à l'occasion de l'investiture du président Marte
» Haïti - Politique : Message du MHAVE pour la Diaspora à l'occasion de la Noël
» [résolu] vend occasion pc portable Sony Vaio 15,4 pouces avec Linux
» Cherche un échappement akrapovich pour RMZ 450 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
League of Extraordinary Gentlemen :: 
Londres
 :: 
Quartiers Nord - Ouest
 :: Parlement et Big Ben :: Le siège de la Ligue
-
Sauter vers: