AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bad Luck and Trouble [PV Flavien Sombreval]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
MessageSujet: Bad Luck and Trouble [PV Flavien Sombreval]   Jeu 26 Oct - 18:51

Bad Luck and Trouble

Feat Flavien Sombreval




Le British Museum. L'endroit rêvé pour satisfaire une curiosité scientifique jamais totalement rassasiée, mais également l'endroit rêvé pour s'entraîner à voler des objets de valeur, le tout sans que personne ne se rende compte qu'ils circulaient devant des faux. Et c'était ce pourquoi Irene était présente sur le toit du Museum cette nuit-là.

Vêtue d'un pantalon d'homme emprunté à ce cher Sherlock Holmes, un soir où elle était passée lui souhaiter la bonne nuit, et d'une chemise un peu ample afin que ses gestes ne soient pas gênés, un masque sur le visage au cas où, la jeune femme se glissa dans la cheminée en se remémorant les séances de repérage concernant l'objet du larcin : un collier antique d'une valeur inestimable, qui serait remplacé par une copie conforme réalisée par un faussaire bien connu d'Irene. Heureusement qu'il ne s'agissait pas de la Pierre de Rosette, bien que les Français n'aient pas encore digéré de l'avoir perdue au profit des Britanniques ; elle faisait bien sa masse de 760 kg, et Irene, malgré sa taille athlétique, n'aurait jamais pu la porter toute seule...

Silencieuse comme une carpe, se faufilant dans l'ombre des colonnes du Museum, la jeune femme ne croisa pour ainsi dire personne. Aucun gardien ne semblait prendre la peine de vraiment quadriller l'endroit, malgré les trésors qui s'y trouvaient, ce qui fit soupirer Irene d'agacement : en voilà des qui ne prenaient pas leur pays et leur métier à cœur, rien que pour cela ils mériteraient de se faire taper sur les doigts.


Alors qu'elle continuait d'avancer pour arriver devant l'objet de son larcin, la jeune femme se raidit en sentant une présence dans son dos, restant aux aguets avant de se concentrer à nouveau sur le collier. Et puis, sans prévenir, elle se fondit dans l'ombre, pour être bien sûre qu'elle était seule dans la salle. Et son instinct ne la trompait jamais.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Flavien Sombreval
Dragon

MessageSujet: Re: Bad Luck and Trouble [PV Flavien Sombreval]   Dim 29 Oct - 22:47

Bad Luck & Trouble
feat Irène & Flavien
- Jérôme! Votre mère ne devait vraiment pas vous aimer pour vous bercer autant de fois si près du mur ma parole! Faites donc attention!
- Monsieur Sombreval je suis navré.
- Je n'ai que faire que vous soyez navré, vous avez failli faire tomber un vase étrusque inestimable!

Eh oui, me voilà à houspiller mon assistant totalement dévoué, mais à qui la nature semble avoir parfois donné deux mains gauches alors qu'il est droitier. Et je me demande même parfois s'il n'a pas été pourvu non plus de deux jambes gauches. Un garçon très capable lorsqu'il s'agit de connaissances universitaires qui sont presque encyclopédiques, qui maîtrise plusieurs langues mortes comme le hiératique, le démotique et même l'araméen (qui donc peut avoir besoin de l'araméen à part quelques moines étudiant des manuscrits apocryphes je ne vois pas) mais qui semble avoir une incapacité chronique à utiliser ses mains correctement en dehors de tenir un stylo et d'ouvrir des livres.... Et alors que je lui ai demandé de me ramener ledit vase des rayonnages où il traverse tranquillement les siècles en ne demandant qu'une chose : qu'on y fasse attention, il se prend les pieds dans la seule latte de parquet dans tout, et je dis bien dans TOUT mon bureau qui est un peu disjointe.

Mon sang de feu n'a fait qu'un tour alors que j'ai vu la précieuse poterie glisser de ses mains et décrire un arc-de-cercle magnifique commençant par monter avant d'entamer la descente vers le sol. Cette chose est trop précieuse pour la laisser finir sa longue vie en mille morceaux. Alors je plonge, profitant de mes réflexes plus aiguisés que les vulgaires humains pour retomber le dos sur le sol et rattraper le vase comme un joueur de rugby se saisirait du ballon. Un silence de mort règne pendant quelques secondes dans mon bureau avant que je ne pose les yeux sur la précieuse chose encore intacte. Les dieux sont avec moi aujourd'hui on dirait. Et je me suis relevé, veillant bien à ce que l'objet de valeur soit sagement posé dans une caisse remplie de paille que je répands ma colère sur mon petit assistant français dont les jambes frêles tremblent déjà. Et après ma tirade, je coupe court à ses excuses balbutiantes en levant la main.

Pas un mot Jérôme, il n'y a rien à ajouter. Vous allez me rapporter une tasse de thé et un scone et ensuite vous pourrez rentrer chez vous. Vous en avez assez fait.

Je soupire, préparant tous mes ustensiles pour la restauration de cette pièce et son évaluation, avant d'entendre la porcelaine tinter sur sa soucoupe, tenue par les mains tremblantes de mon cher Jérôme. Je lève les yeux vers lui, secouant un peu la tête.

Pour l'amour du ciel détendez vous je ne vais pas vous clouer au pilori ou vous utiliser comme cobaye pour la technique de la momification! Allez rentrez chez vous à présent et reposez vous. Vous ne m'êtes d'aucune utilité dans cet état, et vous risquez de faire pire encore. Filez et remettez vous...

J'attends qu'il sorte pour boire de longues gorgées de thé, mon préféré, du Lapsang Souchong que je fais venir directement de Chine, grignote le scone beurré et recouvert de marmelade avant de m'essuyer soigneusement les mains et d'enfiler des gants blancs. Pendant de longues heures je m'attelle à la tâche, prenant des notes sur l'état de l'objet, vérifiant son état, corrigeant une petit fêlure ou réparant un petit accroc. Je joins aussi un croquis plus précis que celui fait par mon prédécesseur - bon sang cet homme avait-il des pieds à la place des mains pour dessiner aussi mal? avant d'aller le ranger à sa place. Gardant toujours mes gants je remonte donc dans le musée, saluant l'un des gardiens habituels et allant jusqu'à la vitrine qui contenait mon vase. Je le replace avec soin avant de refermer le tout, et je suis en chemin vers mon bureau quand je crois deviner une ombre bougeant trop vite pour ne pas être suspecte. Haussant un sourcil je m'approche à pas de loups jusqu'à la salle voisine, et quelle n'est pas ma surprise de voir une silhouette féminine me tournant le dos, plantée face à une des vitrines contenant de la joaillerie. Mais elle a dû sentir ma présence car en quelques secondes elle disparaît. Ou croit disparaître.

J'entre donc dans la pièce, balayant le tout du regard, et haussant la voix.

Miss, je pense que vous n'avez aucune raison de vous trouver ici à cette heure. Et ne me dites pas que vous avez perdu votre groupe lors de la visite guidée, je ne vous croirai pas...

Je déambule, sentant bientôt son odeur, et j'attrape son bras après avoir contourné un présentoir derrière lequel elle s'était cachée.

Doucement ma jolie, vous allez rester avec moi et nous allons avoir une petite discussion sur la notion de "propriété privée..."

Je la force ensuite à se planter face à moi, la tenant toujours fermement.

A qui ai-je l'honneur, chère demoiselle?
☾ anesidora


HRP : J'espère que ça te va surtout!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
MessageSujet: Re: Bad Luck and Trouble [PV Flavien Sombreval]   Lun 30 Oct - 9:23

Bad Luck and Trouble

Feat Flavien Sombreval




Irene resta parfaitement immobile, cachée dans l'ombre, alors qu'une voix masculine résonna dans la pièce forcément à son intention :

Miss, je pense que vous n'avez aucune raison de vous trouver ici à cette heure. Et ne me dites pas que vous avez perdu votre groupe lors de la visite guidée, je ne vous croirai pas...

La jeune femme ne broncha pas, se contentant de maudire la personne qui était propriétaire de la voix ; comment diable avait-il pu deviner sa présence, alors qu'elle n'avait laissé aucune trace sur le sol ou un quelconque indice même infime ? Elle faisait les choses bien, d'ordinaire, qu'est-ce qui avait bien pu rater ?!

Elle n'eut pas vraiment le temps de vraiment se poser la question : rapidement la présence qu'elle avait ressenti quelques instants plus tôt s'était déplacée pour se retrouver littéralement derrière elle, l'attrapant par le bras en soufflant :

Doucement ma jolie, vous allez rester avec moi et nous allons avoir une petite discussion sur la notion de "propriété privée..."

L'homme la fit se tourner face à lui en la tenant fermement avant de reprendre :

A qui ai-je l'honneur, chère demoiselle?

A personne, sir, répliqua Irene en essayant de se défaire de la poigne de l'homme. Je ne suis qu'une professionnelle qui vérifie les systèmes de sécurité pour la Couronne, d'ailleurs si vous êtes responsable du Museum, je peux vous garantir que vos gardiens ne sont pas très efficaces. Maintenant, est-ce que vous voulez bien me relâcher s'il vous plaît ? Vous me faites mal avec votre poigne.

Professionnelle certes, mais polie tout de même, malgré l'agacement qui la prenait de s'être fait attraper aussi facilement. A croire que l'homme avait des sens sur-développés, des sens inhumains... Mais non voyons, les vampires ça n'existe pas. Même si un certain lord Blackwood aurait pu se faire passer pour tel, il y a de ça un petit moment déjà...







HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Flavien Sombreval
Dragon

MessageSujet: Re: Bad Luck and Trouble [PV Flavien Sombreval]   Dim 5 Nov - 22:59

Bad Luck & Trouble
feat Irène & Flavien
Je fredonne doucement alors que j'arpente seul les couloirs déserts du musée. Mon musée. Et je souris en contemplant tous ces vestiges qui m'entourent... Et dire que pour une grande partie j'ai été là quand ils ont été façonnés, peints ou sculptés... Pas directement, évidemment, dans l'atelier de l'artiste, mais j'ai traversé l'époque en question... C'est ce qui fait aussi ma force et mon talent, d'avoir vécu à ces époques, et de pouvoir ainsi tout à fait reconnaître un faux ou une contrefaçon... parce que je sais comment les gens de cette époque travaillaient et utilisaient leurs outils. Je connais les techniques précises de chaque période parce que je les ai vus faire, je suis entré dans leurs boutiques et j'ai observé leurs gestes précis. Tout est là, emmagasiné dans mon esprit depuis si longtemps, gardant la mémoire du temps qui passe et que je suis un des seuls à pouvoir contempler vraiment, à l'échelle de siècles. Bien sûr je n'ai pas tout vu et je n'ai pas été partout mais j'ai vu bien des pays, des empires et des royaumes se faire et se défaire, des révolutions et des massacres... et j'ai touché de mes mains quelques objets qui sont ici, à leur heure de gloire, les retrouvant comme on croise de vieux amis...

En parlant de vieux amis, il semblerait que quelqu'un s'y intéresse de très près, à mes vieux amis... Mon odorat ne me trompe pas, et m'indique la présence d'une femme, que j'ai failli ne pas remarquer. Flavien tu te fais vieux... et rien de pire qu'un dragon gâteux. Une seconde d'inattention et elle serait passée entre les mailles du filet la diablesse... Mais c'est vrai que je ne m'attendais pas à devoir prêter l'oreille et à aiguiser mes sens dans un musée, mon musée, de nuit. C'est un exercice que j'avais plus l'habitude de faire sur les champs de bataille. Je m'approche après avoir déposé ce pauvre vase qui avait déjà subi tant d'émotions pour une seule journée et m'approche de l'intruse. Humaine, vu son odeur, et raffinée... je ne connais aucune voleuse qui s'asperge de parfum parisien hors de prix. Elle doit faire partie de l'aristocratie criminelle semble-t-il... Mais aristocrate ou pas, elle est dans mon musée, mon domaine, et personne ne peut se prendre le droit de s'attaquer à mon trésor...

J'entre, parlant haut et fort et ne me cachant pas, histoire de la faire réagir, et ainsi la localiser plus facilement. Et il ne me faut que peu de temps pour saisir le bras fin de notre intruse et l'attirer face à moi. Ma poigne est d'acier et il est impossible pour elle de se dégager sans se rompre le bras, me laissant ainsi une main de libre pour tenter de découvrir qui se cache sous ces vêtements sombres. La jeune femme se débat et se tortille, mais je tiens bon et souris légèrement, avant de franchement rire aux éclats en entendant son mensonge. Non...elle est vraiment sérieuse? C'est vraiment hilarant, et mon rire s'accentue, sans la lâcher, alors que les murs en tremblent presque. Au bout de longues secondes où mon corps tout entier est secoué de spasmes, j'inspire profondément, essuie mes yeux humides et ôte la capuche de la belle, me retrouvant face à une ravissante demoiselle brune et aux yeux couleur de ciel d'été. Je suis surpris qu'une jeune beauté comme elle s'amuse à jouer les Arsène Lupin londoniens.

Ma chère, j'ai entendu mille excuses au cours de ma longue vie, mais la vôtre est une des plus ridicules et des plus improbables. Une entreprise de sécurité... Je vais vous dire, notre chère Reine a bien trop à faire pour penser à nous organiser des inspections surprises, effectuées par une femme bien trop jolie et bien trop jeune pour travailler dans ce domaine. Allez nous allons descendre dans mon bureau où nous parlerons plus à notre aise.

Je tourne les talons, l'entraînant avec moi sans violence ni brusquerie mais avec fermeté hors de la salle où elle avait espéré utiliser ses talents, descendants l'escalier imposant jusqu'à parvenir dans les coulisses du musée, et à l'intérieur desquelles, mon bureau. Tout est tel que je l'ai laissé quelques minutes plus tôt, et ma tasse de thé fume encore. Une fois à l'intérieur je ferme la porte et la verrouille, glissant la clé dans la poche de mon veston tout en lui désignant une chaise en face de moi.

Installez vous très chère. Et autant que ce soit confortable, vu que nous avons des choses à nous dire. Par contre n'espérez pas vous enfuir, cette porte est la seule entrée possible. Les fenêtres sont munies de barreaux épais pour dissuader les méchants criminels de venir s'aventurer ici la nuit et prendre ce qui ne leur appartient pas. Commencez donc par me dire ce que vous faisiez dans cette salle, seule, et après la fermeture. Du thé?

Je souris et l'observe, installé profondément dans mon fauteuil, mon menton sur mes doigts croisés.
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
MessageSujet: Re: Bad Luck and Trouble [PV Flavien Sombreval]   Mar 7 Nov - 16:47

Bad Luck and Trouble

Feat Flavien Sombreval




Bon. D'ordinaire Irene mentait mieux que cela, mais le fait d'avoir été surprise lui faisait commettre des erreurs de débutant. Aussi fit-elle une moue déçue quand l'homme lui répondit, après avoir ri à gorge déployée :

Ma chère, j'ai entendu mille excuses au cours de ma longue vie, mais la vôtre est une des plus ridicules et des plus improbables. Une entreprise de sécurité... Je vais vous dire, notre chère Reine a bien trop à faire pour penser à nous organiser des inspections surprises, effectuées par une femme bien trop jolie et bien trop jeune pour travailler dans ce domaine. Allez nous allons descendre dans mon bureau où nous parlerons plus à notre aise.

Et il l'entraîna à sa suite hors de la salle, sans brusquerie mais avec quand même suffisamment de fermeté pour qu'Irene n'essaye même pas de s'enfuir. De toute façon, faire les choses dans la précipitation était loin d'être sa tasse de thé, alors bon. Ils finirent leur course dans les coulisses du musée et atterrirent dans un bureau que l'homme prit soin de verrouiller une fois à l'intérieur, glissant la clé dans sa poche avant de désigner une chaise à Irene :

Installez vous très chère. Et autant que ce soit confortable, vu que nous avons des choses à nous dire. Par contre n'espérez pas vous enfuir, cette porte est la seule entrée possible. Les fenêtres sont munies de barreaux épais pour dissuader les méchants criminels de venir s'aventurer ici la nuit et prendre ce qui ne leur appartient pas. Commencez donc par me dire ce que vous faisiez dans cette salle, seule, et après la fermeture. Du thé?

S'il vous plaît, répondit la jeune femme en s'installant face à lui à contrecœur. Et comme il ne me semble pas avoir le choix, je vais vous répondre. Mais promettez-moi de ne pas en faire étalage, il voudra à coup sûr m'empêcher de lui rendre service...

Et hop, nouvelle tentative pour mentir, et cette fois il fallait être plus convaincant. Poussant un léger soupir, elle s'installa le plus confortablement possible au fond de son siège et expliqua le plus sérieusement du monde :

Je côtoie un monde qui me permet de rendre service à un ami sans qu'il s'en rende compte. Pas plus tard que la semaine dernière, j'ai entendu deux hommes discuter d'un vol d'une pièce inestimable du musée... J'ai voulu prendre les devants en mettant à la place des pièces des faux, les vrais sont dissimulés dans une planque que moi seule connaît. Mais vous me posez un problème en m'interpellant de cette façon.

C'était mal d'utiliser l'amitié - voire les sentiments - d'un homme pour se protéger de cette manière. Mais d'une, l'homme en question ne saurait lui en tenir rigueur, et de deux, elle aurait très bien pu le faire pour de vrai. Il le méritait bien, après tout.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bad Luck and Trouble [PV Flavien Sombreval]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Flavien Delangle [validée]
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia
» L'Histoire de Trouble or Misery .
» Trouble mnémonique ou mnémotechnique,la methodologie du mensonge politique
» Quand la neige éclatante trouble les esprits... [PV Yuko]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
League of Extraordinary Gentlemen :: 
Londres
 :: 
Quartiers Nord - Ouest
 :: Le British Museum
-
Sauter vers: