AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Wit and haste - Bram

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Huckleberry Finn
Intronisé


Quelques petites choses sur moi:
Devise : There has been much tragedy in my life; at least half of it actually happened.
Un petit mot ? : Yeeha.
Equipement :
Message(#) Sujet: Wit and haste - Bram Ven 24 Nov - 20:15

Wit and haste.
Bram Van Helsing - Huck Finn
(Fin mars 1900)

J'ai fini par quitter le musée et prendre le chemin du retour. Ma main me lance affreusement, bien plus que ma gorge d'ailleurs. La première est cachée par l'un des pans de mon manteau, la seconde par le col, que j'ai pris soin de garder relevé. Je parviens ainsi à éviter les regards curieux des passants.
C'est décidé, je déteste les dragons. Ils sont arrogants, hargneux, et surtout, dangereux.
Ruminant de sombres pensées, je me laisse porter par Khamsin. On pourrait croire qu'elle erre au hasard, mais je sais que ce n'est pas le cas, qu'elle choisit bien sagement son itinéraire pour retrouver son écurie, son foin et son grain. Pas folle la bestiole. Mais un poil pressée, si on en juge par le trot soutenu qu'elle a pris. Je l’ai laissé faire, ne voyant aucune raison de l’en empêcher. On ne tarde d'ailleurs pas à arriver à destination. Attiré par le claquement des sabots dans la cour, je vois Jenkins passer la porte. Je lui adresse un léger sourire.

-Je m'occuperai moi-même de Khamsin Jenkins, merci. je dis tranquillement avant de sauter à terre.

J'apprécie le majordome de Bram. Je le considère plus comme un ami que comme un homme à notre service, et bien souvent, je viens l'aider en cuisine ou pour effectuer d'autres tâches. J'apprécie nos discussions calmes et posées, durant lesquelles nous apprenons autant l'un de l'autre. Et j'imagine que c'est relativement réciproque.

-Très bien monsieur.

Je crois bien apercevoir l'esquisse d'un sourire sur ses lèvres alors qu'il tourne les talons pour regagner la maison. Je saisis au mors la bride de ma jument de ma main valide et l'entraîne gentiment vers les écuries. Je la desselle et la panse soigneusement, les dents serrées, puis renouvelle le foin dans son râtelier et dans celui de Molly par la même occasion, avant de remplir les mangeoires de grain. À m'agiter ainsi, je finis par avoir chaud, et je retire finalement mon manteau pour le poser en travers de la porte du box de ma monture.
Je m'empare des brides et des selles rangées le long du mur, les pose en tas à côté d'une botte de paille sur laquelle je me laisse choir, puis entreprends de nettoyer les cuirs au savon glycériné et à l'eau. La fraîcheur du liquide soulage un peu la brûlure due à mon altercation avec Sombreval, mais je suis encore bien trop en colère pour réellement songer à me soigner. Démonter chaque filet, nettoyer chaque partie, chaque lanière, prend un temps fou, mais je m'acharne sans perdre patience, bien au contraire. Je pourrais encore passer de longues heures à faire ça.
J'ouvre ensuite le pot de graisse, y trempe un chiffon doux et le passe minutieusement à plusieurs reprises sur chaque pièce pour être sûr que le cuir soit bien nourri.
Les gestes répétitifs, les odeurs familières du foin, des animaux, et du matériel entretenu finissent par m'apaiser, et je m'interdis de réfléchir plus avant à ce qu'il s'est passé un peu plus tôt. C'est encore trop récent.
J'appuie mon dos contre le mur de paille et croise les jambes, continuant mon labeur, y trouvant finalement du plaisir. Comme toujours. Ça peut paraître étrange, mais ces actions toutes simples m’astreignent finalement au calme et me vide bien plus l’esprit que n’importe quoi d’autre…


_________________



Présence réduite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loxg.forumactif.com
avatar
Abraham Van Helsing
Gentleman Soigneur


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Wit and haste - Bram Lun 26 Mar - 0:33

Wit & haste
Huck & Bram

Où Huck vide son sac, déverse sa colère et panse son égo blessé.

Monsieur Van Helsing...
Docteur.
Pardon, oui, mon...docteur Van Helsing, vous ne pouvez pas me laisser cette note!
Stanson, je vous demande pardon?


Je repose ma plume sur mon bureau et lève les yeux vers mon étudiant qui se tient devant moi, l'air visiblement furieux. Je hausse un sourcil, impassible.

Je...j'ai révisé pour ce contrôle, je vous assure!
Je ne dis pas que ce n'est pas le cas Stanson, mais la plupart de vos réponses étaient tout de même fausses ou incomplètes. Vous êtes un étudiant brillant, vous vous rattraperez la prochaine fois, je n'en doute pas.
Mais mon...docteur, tout était presque juste!


Je me lève lentement et lui fais face, reprenant d'une voix calme.

Stanson, tout tient justement dans le ''presque". Nous sommes en médecine, qui est une science exacte. Et si par la suite vous deviniez "presque" la maladie de votre patient? Et si vous lui administriez "presque'' la bonne dose de remède? Si vous lui enleviez "presque" la bonne jambe gangrenee? Ce "presque" que vous claironnez sera sans doute la raison pour laquelle votre patient finira plutôt dans un cercueil plutôt que sur ses deux jambes après être passé entre vos mains. Nous n'avons droit ni à l'erreur ni à l'approximation, est-ce clair?
Je...oui docteur... je suis désolé.


Il se retire sans bruit et je soupire avant de me laisser retomber dans mon fauteuil, demandant à mon assistant de me refaire du thé pendant que je retourne à mes copies. Pendant encore une bonne heure je corrige, avant d'abandonner, de remettre la pile de feuilles dans le tiroir de mon bureau que je ferme à clé. Je donne ensuite congé à mon assistant, rassemblant ensuite mes affaires avant de partir et de donner un dernier tour de clé à la porte qui porte mon nom. Je souris comme à chaque fois, en me disant que mon père serait fier de moi, de me voir médecin et professeur dans la grande ville de Londres. Et dans un sens je suis sûr qu'il le sait, qu'il me voit de là-haut, avec tout le reste de la famille... Je m'éloigne à pas lents, traversant les couloirs encore animés en cette fin de journée, croisant un étudiant ou un collègue, et je sors finalement dehors, surpris par le vent d'hiver qui souffle avec force. Jenkins est occupé à la maison alors je hèle un fiacre et lis quelques pages le temps de me retrouver devant le lourd portail qui marque l'entrée de ma demeure. Je paie le cocher, avant de rentrer chez moi. Mais alors que je me dirige vers la porte d'entrée, regardant les fenêtres du salon éclairées et accueillantes, je remarque de la lumière également dans les écuries, et curieux je fais un détour pour aller y jeter un oeil. Je souris en découvrant Huck adossé dans le foin, et m'avance lentement, déposant ma sacoche et ma canne sur le coffre à grains. Je sais exactement pourquoi il est là, et dans cet état. C'est drôle à quel point je le connais bien...

Toi, tu as passé une mauvaise journée... Et si tu venais me raconter à l'intérieur? Hein? Autour d'un bon thé et quelques scones chauds?

Je souris en coin et l'invite à venir me rejoindre d'un léger signe de tête.

A moins que tu ne veuilles qu'on partage le thé ici!
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Huckleberry Finn
Intronisé


Quelques petites choses sur moi:
Devise : There has been much tragedy in my life; at least half of it actually happened.
Un petit mot ? : Yeeha.
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Wit and haste - Bram Jeu 12 Avr - 20:33

Wit and haste.
Bram Van Helsing - Huck Finn
(Fin mars 1900)

Ca fait un moment que je ne fais plus rien, assis là, les dernières lanières de cuir encore posées sur les cuisses, lorsque quelqu'un entre dans les écuries. Mon regard est contraint de quitter le vide dans lequel il s’abîmait avec un plaisir non dissimulé pour glisser sur mon interlocuteur. Bram. Ma triste mine et mes vêtements tachés doivent bien contraster avec sa classe et son élégance naturelles.

-Je n'ai pas faim, et je n'ai pas envie de thé. je réponds d'un ton rauque, la voix éraillée et la gorge encore douloureuse.

Je remonte rapidement la bride que j'ai fini de graisser beaucoup plus tôt, ce qui n'est pas un mince exercice avec ma main blessée. Mais j'ai réussi à faire les autres, alors pourquoi pas celle-ci.. Je lui jette un regard agacé, comme si cela pouvait la faire guérir d'un coup. Le gras en a un peu apaisé la brûlure.
Et moi, je me sens las, comme si je venais de parcourir des lieues entières dans un désert aride et sablonneux à pied. Et je sais de quoi je parle.
Je me lève malgré tout. Je range le matériel propre et lustré à sa place. Je vérifie le niveau d'eau dans les abreuvoirs des deux juments et récupère mon manteau. Je passe mes doigts dans la crinière de Khamsin, puis emboîte le pas à mon frère. Il ne mérite pas mon humeur maussade, alors je fais un effort pour paraître, si ce n'est réellement agréable, au moins courtois.

-Mais je t'accompagne. Tu as dû avoir encore une longue journée. Avec tout un tas d'étudiants à qui tu as dû expliquer des tonnes de choses compliquées.

Allez, fais un effort Huck, le pauvre, tu n'as jamais été aussi superficiel.

-Ca s'est bien passé ? Tes cours ?

Fabuleusement mieux, oui. Tout à fait. Y'a des jours comme ça, où je ferais mieux de ne pas me lever, de ne pas ouvrir la bouche et de disparaître dans un mur tellement je suis infréquentable. Et le pire, c'est qu'il va remarquer que j'ai biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiien habilement éludé la question de ma journée.
Je frissonne légèrement en rentrant dans la maison. Il y fait bien plus chaud que dans les écuries, et peut-être que finalement, je commençais à avoir froid, assis sur ma botte de paille à rien faire.
Jenkins se précipite, comme à son habitude, pour nous accueillir, et je lui tends mon manteau avant de lancer un regard interrogatif à Bram, ne sachant pas où il compte prendre son thé ce soir.
Étonnant qu'il n'ait pas encore paniqué en voyant les ecchymoses sur mon cou. Même le majordome les a fixées avec un haussement de sourcils curieux. Quoique, le col de ma chemise bien redressé doit en partie les cacher aux yeux de mon ami. Tant mieux. Il s’inquiétera moins.


_________________



Présence réduite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loxg.forumactif.com
avatar
Abraham Van Helsing
Gentleman Soigneur


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Wit and haste - Bram Mar 8 Mai - 16:05

Wit & haste
Huck & Bram

Où Huck vide son sac, déverse sa colère et panse son égo blessé.

Je souris en le voyant ainsi en pleine phase de réflexion. Certains s'abiment dans l'alcool pour éclaircir leurs idées ou les aider à résoudre un problème, d'autres fument, d'aucuns affectionnent écouter de la musique ou se perdre seul en ville ou dans la nature. Huck lui... aime avoir les mains occupées quand ça ne va pas. Il a l'inaction en horreur, et combien de fois, au début de notre amitié quand il venait passer quelques semaines ou quelques mois ici je le retrouvais à aider Jenkins à nettoyer l'argenterie, plier le linge ou encore ramasser du bois alors que ce n'était pas à lui de le faire, simplement parce qu'il en avait assez de lire au salon... un Huck occupé et portant un masque morose est un Huck qui ne va pas bien... et c'est ce que j'essaie de savoir alors que je le retrouve dans les écuries. Il semble avoir un compte personnel à régler avec la sellerie, car toutes les pièces de cuir luisent presque, comme si elles venaient de sortir de la boutique du sellier. Je pourrais presque évaluer la gravité du problème au nombre de pièces impeccables et soigneusement graissées. Un souci à trois brides. Un crise à cinq selles. Je sens qu'il en a gros sur le coeur, c'est pour cela que je lui propose de me rejoindre à l'intérieur, au chaud, pour qu'il me raconte peut-être ce qui le préoccupe... Et je vois que la situation est peut-être plus grave qu'il n'y paraissait de prime abord quand la seule réponse à laquelle j'ai droit est une double négation assez sèche des mes propositions. Je me fige un peu, surpris du ton qu'il a employé et recule d'un pas.

Oh, très bien. Je te laisse tranquille alors... Je vais rentrer et corriger un peu. Tu me rejoindras quand tu en auras envie d'accord?

Un léger sourire pour lui montrer que je comprends et que je ne lui tiens rigueur de rien avant de tourner les talons. J'entends pourtant sa voix qui s'élève dans mon dos, ce qui me fait m'arrêter et me tourner à nouveau, lentement.

Tu es sûr? Ne te sens pas obligé de venir alors que tu préfères rester seul ici, tu sais que ça ne me dérange pas...

Pourtant il me rejoint, et reste à mon niveau alors que nous retournons à la maison. Je sens qu'il se force à être joyeux et de bonne humeur, ou tout du moins poli et je secoue doucement la tête.

Oui, assez banale... j'ai donné mes cours, j'ai dû remettre un étudiant à sa place, et me voilà de retour... Et toi alors? Qu'est-ce qui fait que je t'ai retrouvé dans les écuries au lieu d'être à l'intérieur, à jouer aux cartes avec Jenkins?

En parlant de lui d'ailleurs, le voilà qui vient à notre rencontre sitôt le perron franchi. Il récupère nos manteaux, et c'est seulement à ce moment que je remarque quelque chose sur son cou. Je pensais que ce n'étaient que des taches de cirage maladroites, sauf qu'un vrai éclairage me révèle enfin ce qu'elles sont. Sans plus de manières j'attrape son col que j'abaisse afin de mieux voir l'ampleur des dégâts, et fronce les sourcils.

Bon sang mais qu'est ce qui t'es arrivé pour te mettre dans un état pareil? Viens par là que je t'examine.

Sans plus de façons je le traine au salon où je l'assieds dans un fauteuil.

Parle...

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Huckleberry Finn
Intronisé


Quelques petites choses sur moi:
Devise : There has been much tragedy in my life; at least half of it actually happened.
Un petit mot ? : Yeeha.
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Wit and haste - Bram Hier à 15:38

Wit and haste.
Bram Van Helsing - Huck Finn
(Fin mars 1900)

Je hausse les épaules sans répondre à sa question alors que nous nous rapprochons de la maison. Je n'ai pas vraiment très très envie de lui raconter mon altercation avec ce dégénéré de lézard qui sert de conservateur au musée. Pourtant, il finira bien par en avoir vent à un moment donné ou à un autre.
On entre, on se déshabille, et je me crois tranquille...
Jusqu'à ce que Bram saisissent mon col et l'abaisse presque avec violence. Je suis presque étonné de ne pas entendre le tissu se déchirer.

-Bram, nom de dieu ! je m'exclame en refermant mon col de mes deux mains.

Je baisse les yeux, le regard flamboyant de colère, la mâchoire crispée. Il me traîne dans le salon et je ne tente pas de résister. Parce que de toute façon, il aura le dernier mot. Comme toujours.
Je lance un regard désespéré à Jenkins, toujours dans le hall d'entrée.

-Un café pour moi plutôt qu'un thé, Jenkins... S'il vous plait...

Je me retrouve assis de force dans un fauteuil, celui où j'aime bien me vautrer sans aucune classe comme une grosse outre à vin. Sauf que cette fois, j'ai le dos bien droit, bien raide.

-Bram. Ça n'a aucune importance.

Je déglutis et me racle un peu la gorge. J'arrange encore mon col, comme pour protéger mon cou meurtri et en amoindrir la douleur. Ou pour cacher le drame, ma maladresse, la rage du dragon et cet accident stupide.

-Et pas besoin d'être aussi paniqué. Et autoritaire. S'il te plaît. C'est fatiguant.

J'ai l'impression de me faire interroger par un des Membres du Conseil quand il fait ça. Franchement, il aurait toutes les qualités requises pour monter en grade et martyriser les sous-fifres et les prisonniers en les tourmentant à coups de questions et de répliques cinglantes.
Dieu soit loué, Jenkins n'a pas mis longtemps à tout préparer et il rentre avec un plateau chargé de scones, de thé et de café. Il nous sert et s'éclipse discrètement, comme s'il n'avait jamais été là.
Je prends le temps de boire quelques gorgées de café. L'amertume de la boisson me fait grimacer.
Jusqu'ici, j'ai obstinément évité le regard de mon ami.

-Un... Un accident stupide... Au British Museum... Et le dragon a tenté de me tuer. Voilà. Tu sais maintenant. Content ?

Je baisse de nouveau les yeux et avale une nouvelle lampé brûlante. Il n'y a peut être pas que la boisson qui est amère...


_________________



Présence réduite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loxg.forumactif.com
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Wit and haste - Bram

Revenir en haut Aller en bas
 
Wit and haste - Bram
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (Vampires) Bram Stoker / Dracula
» And we're running with blood on our knees • mission Ethan & Bram
» Les armes d'hast
» Présentation de Bram Greenfeeld [Validée]
» Bram vs The World #2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
League of Extraordinary Gentlemen :: Londres :: 
Quartiers Nord - Ouest
 :: Résidences :: Hôtel particulier d'Abraham Van Helsing
-
Sauter vers: