AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quoi de neuf Docteur ? |Ft Zeke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Edgar A. Poe
Initié


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Les paroles disparaissent, mais les écrits restent
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Quoi de neuf Docteur ? |Ft Zeke Jeu 17 Mai - 22:45

Quoi de neuf Docteur ?
Zeke & Ed'
Je poussais un petit soupir. La lettre de mon éditeur était extrêmement déplaisante à lire. Je lui avais envoyé mon nouveau roman à la correction, et il avait souligné plusieurs passages de ce dernier. Me faisant remarquer que je manquais de connaissance médicalement parlant. Pourtant... C'était pas faute d'avoir cherché par tous les moyens un médecin légiste prêt à me recevoir. Je poussais un soupir, passant une main sur mon visage. Mon pacte avec le diable faisait que les romans que j'écrivais étaient vraiment sympathiques à lire et déchaînaient les passions... Mais des fautes aussi grossières ne devaient pas s'y trouver. Il me restait un unique hôpital où je ne m'étais pas rendu pour demander la permission d'y voir leur médecin légiste. Cette fois, je ne comptais pas faire comme les autres fois, je glissais une bourse bien fournie dans la poche de ma veste, enfilant mon chapeau et sortant ma plus belle canne. Mon démon personnel prit l'apparence d'une brume vaguement féline pour se glisser dans ma montre. A chaque fois, j'avais l'impression que cette dernière pesait beaucoup plus après qu'avant. Je supposais que la physique ne pouvait pas transformer un être en rien du tout. Il fallait bien un poids ajouté. Je sortis de chez moi, surprenant le regard de plusieurs curieux. Étant auteur de certains romans... Disons... Mystérieux et ésotérique... J'attirais les curieux, et ma dernière nouvelle n'arrangeait pas les choses. J'avais déjà retrouvé errant en pleine nuit autour de ma maison, un être vêtu d'un linceul noir et d'un masque rouge et sanglant. Sans compter qu'avec un fond de commerce aussi macabre... la rumeur courrait déjà comme quoi ma maison était la plus hantée du quartier, qu'un meurtre avait été perpétré là bas, et qu'il y avait des gens emmurés dans le sous sol. Les gens... oubliaient qu'il y avait les livres, et la réalité, et que la frontière entre les deux était bien réelle. Je fermais à clef ma porte, puis m'avançais. Toisant avec indifférence les badauds qui s'étaient agglutinés tel des vulgaires mollusques à ma grille.

« Mes chers amis, si vous voulez bien m'excuser, j'ai à faire. Et... il se trouve que vous m'empêchez d'ouvrir mon portail, alors... Merci de faire place. »


Ce fut la tête haute que je « fuis » mon domicile. Mais ce n'était qu'une facette, je n'aimais pas cette allure clinquante que prenait ma vie. Je ne parlais pas juste des idiots curieux, mais aussi des opportunistes qui se rapprochaient de moi dans l'espoir de pouvoir grapiller des miettes de succès et d'argent. L'argent... C'était ce que cherchait tout le monde ici. Si les gens voient que vous avez ce doux fumet et cette prestance qu'ont les gens qui ne sont pas dans le besoin, vous pouviez être sûr que vous aviez les vautours et les hyènes dans votre sillon. Mais... j'avais appris à me blinder, affronter le monde sans carapace, c'était courir à une mort certaine, c'était finir brisé, écartelé sur la place publique car, il n'y avait pas créature plus malsaine, violente et destructrice que l'homme. L'homme devait tout posséder, quitte à tuer pour l'avoir. L'homme tuait aussi pour des divergence d'opinion, l'homme tuait pour des territoires, et surtout... Surtout... l'homme tuait pour le plaisir... Cela me faisait froid dans le dos. Après une bonne demie heure de marche, j'arrivais à l’hôpital, où je glissais, par ci, par là, quelques shillings pour m'assurer un passage et une amnésie passagère des gens. La morgue était au sous sol. Les morgues, c'était toujours au sous sol.. Comme si en construisant les hôpitaux, les gens se disaient que la morgue devait forcément être au plus prêt de la dernière demeure de ses résidents... à deux pieds de l'enfer... Je descendais les escaliers nonchalamment, mon nez happant ces relents d'odeurs qu'ont tous les hôpitaux. Un mélange de miasme et de désinfectant sur une couche de puanteur humaine. Grand dieu... j'avais tout le respect du monde pour médecins et soignants. J'avais frappé à la porte de la morgue, patientant pour que quelqu'un puisse m'ouvrir, lorsque je vis finalement une tête sortir de l'embrasure de la porte. Mon regard ne put s'empêcher de glisser vers le petit interstice créer. Là... Se trouvait des sortes de casiers. Mais à défaut d'y trouver des vêtements ou des papiers... ils contenaient des gens. Ils attendaient leur dernière demeure, sans doute. Je fichais à nouveau mon regard gris dans celui de mon interlocuteur, retirant mon chapeau.

« Hm... bonjour, je... je me présente, Edgar Poe, je suis... Romancier. J'aurais besoin de vos services pour mon prochain livre. Je manque de connaissances médicales et... je me disais que je pourrais obtenir un peu d'aide de votre part et profiter de vos connaissances dans ce domaine. Si... Cela ne vous dérange pas. Il va de soit que.. une fois le travail finit, je vous ferais parvenir une copie du livre... »

Je n'étais pas vraiment à l'aise désormais avec les gens. Plus jeune... je l'avais été, mais ma période de dépendance à l'alcool m'avais laissé brisé, presque timide. J'eus quand même un vieux réflexe, laissant voir un sourire plein de charisme et d'assurance à mon interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quoi de neuf Docteur ? |Ft Zeke
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
League of Extraordinary Gentlemen :: 
Londres
 :: 
Quartiers Nord-Est
-
Sauter vers: