AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Always speak politely to an enraged dragon [Pv : F. Sombreval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Elizabeth Lavenza

Message(#) Sujet: Always speak politely to an enraged dragon [Pv : F. Sombreval Dim 20 Mai - 19:28


"Always speak politely to an enraged dragon" ft. Flavien Sombreval

Tu veux des pièces ? Des pièces de quel type ? De la monnaie ?

Victor secoue la tête et soupire légèrement, un fin sourire au coin des lèvres. Je penche la tête sur le côté, essayant en vain de comprendre l’expression sur son visage. Ses grands yeux me fixent, ils semblent brillants. Le sourire n’a pas quitté ses lèvres, toujours plissé sur le côté, lui traçant une ride sous la pommette. Ca lui donne d’avantage de charme selon moi. Je n’y connais pas grand chose en charme ou en beauté en réalité. Peut-être est-ce ainsi qu’il m’a faite, souhaitant que je ne vois que lui, comme le faisait ma "prédécesseur". Peut-être est-ce ce qu’Elizabeth ressentait pour lui qui influence ce que je pense. Je le vois comme un Sauveur, un être exceptionnel et de loin supérieur à quiconque. Je sais mon opinion biaisée malgré tout. J’hausse les épaules alors qu’il m’explique ce qu’il veut réellement. Il me donne le plus de détails possibles, comprenant que j’ai besoin de me faire une idée de précise de ce qu’il veut afin que je le lui ramène. Il veut des rouages, de petites plaques de métal, du zinc et d’autres choses encore qui pourrait servir pour créer un nouvel automate. Pendant qu’il note tout cela sur un morceau de papier, je garde la tête penchée sur le côté.

Ne fais pas cette tête, ce sont des pièces de remplacements pour toi. Je préfère être prévoyant, surtout après ta dernière mésaventure.

Je plisse les lèvres dans une moue coupable. Je sais parfaitement à quoi il fait allusion. Ma rencontre avec Monsieur Finn. Ou plutôt ma rencontre avec sa jument. Une rencontre des plus violentes. J’aurais pu sentir quelque chose que ça aurait été des plus douloureux, à n’en pas douter. Pour une fois, j’avais été heureuse de ne pas avoir de système nerveux.

Je me saisis du papier gribouillé et m’empresse d’aller dans la chambre pour me vêtir. J’enfile cette robe que j’ai choisi toute seule, comme une vraie personne. Victor avait confirmé qu’elle m’allait à merveille. Evidemment, il ne l’avait pas dit de cette façon, mais l’intention y était. Je souris à cette pensée alors que je me prépare rapidement. Le soleil n’est pas loin de se coucher et les boutiques ne tarderaient pas à fermer. Quelle idée de m’y envoyer une heure aussi tardive…

Prête, je le salue à travers la porte et enfile le manteau que je porte si souvent. Evidemment, je l’ai rafistolé avant de pouvoir le remettre. Sautillant presque de prendre de nouveau un peu l’air, je fais plusieurs boutiques afin de trouver ce que le scientifique m’a demandé. Chose pas si aisée. Finalement, je décide de trouver Juniper. Je sais qu’avec lui, je suis sûre de trouver tout ce dont Frankenstein a besoin. Même s’il n’a pas tout dans la seconde, je sais qu’il les trouvera rapidement et que je pourrais le solliciter de nouveau pour les récupérer. Ce jeune homme est très efficace malgré son apparence juvénile. Je parviens à le trouver à l’endroit habituel. Je lui explique mon problème qui n’en est pas réellement un et lui donne le morceau de papier que j’avais rangé dans la poche de mon manteau. Il prend un moment pour tenter de décoder l’écriture abominable de mon ancien fiancé. Voyant qu’il met plus de temps que prévu, je lui déchiffre le tout, précisant que j’avais déjà trouvé les plaques de métal. Il soupire comme soulagé que je lui fasse la traduction et acquiesce. Il m’informe que je pourrais le retrouver à cet endroit d’ici deux semaines et que j’aurais tout ce qui est marqué sur la liste. Je le remercie vivement, tapotant gentiment son épaule avant de partir dans la direction opposée de la sienne.

Tout de même préoccupée de ne pas avoir trouvé tout ce que Victor m’a demandé, je suis bien moins enjouée sur le chemin du retour. Je note quand même que le soleil s’est enfin couché et que les portes se ferment une à une sur mon passage. Je croise quelques passants qui s’empressent de retrouver la tiédeur de leur logement au plus vite. Un petit vent s’est levé et je décide de couper, empruntant une ruelle peu fréquentée. A peine ai-je fait quelques pas à l’intérieur que je me rends compte que j’ai pris là, une piètre décision. Un homme sort de derrière une poubelle, se place devant moi, me barrant la route. Comme si de rien n’était, je fais volte face pour pouvoir quitter la ruelle au plus vite. Impossible. Un autre homme est sorti de nulle part et me barre à présent l’autre chemin. Je me pince les lèvres. J’ai bien l’impression que je me suis mise en mauvaise posture. Je serre le petit sac de papier entre mes doigts et contre ma poitrine.

Que tiens-tu donc là ma jolie ?! N’aie pas peur, si tu coopères, on ne te fera aucun mal.

J’ai l’impression de me retrouver dans un de ces nombreux romans que j’ai lu plus d’une fois. Un roman de cape et d’épée. Le personnage se retrouve ainsi, acculé au mur ou un arbre, incapable de se défendre par ses propres moyens. Dans ces ouvrages, il est coutume qu’un troisième homme apparaisse. Ce dernier est empli de bonnes intentions et intervient avec une dextérité impressionnante pour sauver celui qui s’est trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. Mais je ne suis pas dans un roman. Ma vie ne vaut pas grand chose dans le sens littéral, pourtant je doute que Victor ne me pardonne cette imprudence. Est-il possible que l’on me fasse suffisamment de mal pour qu’il ne reste rien de moi ? Que je disparaisse de nouveau ? Je préfère ne pas le découvrir et regarde autour de moi, essayant de trouver une solution. Je ne suis ni une téméraire, ni une intellectuelle. Je doute que la solution apparaisse sous mes yeux comme par enchantement. Je serre d’avantage le petit paquet contre moi, souhaitant presque que lui et moi ne fassions qu’un pour que ces bandits ne me le dérobe pas. Je préfère qu’ils s’en prennent à moi, je ne sentirais rien de toutes façons.

Alors, tu réponds à mon copain ? A moins que tu souhaites qu’on te fasse du mal…

Un sourire bien trop lourd de sous-entendu apparait sur leurs lèvres à tous les deux. Un frisson aurait pu parcourir mon échine. J’aurais pu déglutir de peur. J’aurais pu faire tellement de choses. Mes prunelles sondent la ruelle, les briques de murs.

Au secours, commence-je à crier, Venez m’aider !

Impossible de ressentir de la peur et je ne suis pas sûre que mon alerte soit des plus convaincantes. Mais cela n’empêche pas les brigands d’accourir vers moi. L’un d’eux pose sa main sur ma bouche, m’empêchant ainsi de continuer à crier. L’autre tente alors de me dérober le paquet que je tiens si précieusement. Il use d’énormément de force, finissant par me faire lâcher. Le tout tombe au sol et des dizaines de plaques s’échappent du sachet. Je serre les dents et tente de donner un coup de genou dans les parties du premier. Il recule, les deux mains devant sa masculinité, me relâchant enfin. J’aurais pu en profiter pour m’enfuir, prendre mes jambes à mon cou et rentrer retrouver mon créateur qui n’est qu’à quelques kilomètres. Au lieu de cela, je m’accroupis sur le sol et ramasse une à une les plaques que j’ai échappées. Le « copain » ne s’en occupe plus et hésite un instant avant de se ruer sur moi sans retenue. Il me plaque sur le sol après m’avoir forcée à lui faire face. Bien immobile, il attend tout de même que son ami le rejoigne pour que l’un puisse me fouiller. Je n’invente rien, ce sont ses propres mots. Je m’agite. La bienséance veut que nul ne doit pouvoir me toucher en dehors de Victor. C’est ainsi que j’ai été élevée et créée. Ils n’ont pas le droit !

Vous n’avez pas le droit ! répète-je plus fort, si fort que ma voix résonne dans la ruelle. Lâchez-moi espèce de lâches ! Vous n’êtes pas des hommes digne de ce nom.

Je n’ai pas conscience que les énerver n’est pas la meilleure chose à faire dans l’immédiat.

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Flavien Sombreval
Dragon

Message(#) Sujet: Re: Always speak politely to an enraged dragon [Pv : F. Sombreval Dim 27 Mai - 21:53


Always speak politely to an enraged dragon

Elizabeth & Flavien

Rencontre fortuite mais providentielle dans une ruelle sombre


 
Bon sang ça aura été compliqué de régler cette histoire de momie que cet idiot de Jérôme avait réveillée par mégarde en se trouvant une passion soudaine pour la lecture à voix haute des hiéroglyphes ornant un des sarcophages alors qu'on faisait le nettoyage de printemps au département d'Egyptologie. Le temps de réaliser que la foule en panique fuyait à cause d'une vraie momie, d'isoler la "chose" dans une pièce hermétique le temps que les gens de la Ligue rappliquent aussi vite que possible, ramenant un sorcier dans leurs valises de surcroit, et pas n'importe lesquels, un nécromant, à qui j'ai dû traduire l'ensemble du sarcophage en hiératique sur papier, bien sûr, parce qu'au vu de ce qui s'était passé n'importe quelle ligne ou le moindre cartouche qui franchissait des lèvres pouvait provoquer une catastrophe. Le ''spécialiste" a donc étudié avec une lenteur digne d'une nonagénaire reniflant ses massifs de roses les lignes obscures de texte ayant traversé les âges avant d'avoir enfin l'illumination et de savoir quelle partie de toutes les inscriptions je devais prononcer pour achever tout ça. Parce que là aussi, on ne savait pas ce que pouvait donner la moindre erreur de prononciation, et j'avoue que je n'étais pas vraiment enthousiaste à l'idée de confier une telle mission à mon apprenti sorcier.

J'ai donc fait rouler sous ma langue ces sonorités d'un autre âge, ramenant à la mort le vestige grinçant et grimaçant empêtré dans ses bandelettes qui faisait les cent pas en tâtonnant dans le vide, et qui par magie, littéralement, s'est en l'espace d'une seconde retrouvé raide comme une planche. Une fois certains que cette chose était redevenue inoffensive, nous l'avons sagement remise au sarcophage, en le bordant presque, avant que je n'efface un des symboles de la formule afin que cette mésaventure n'arrive plus. Et vu la complexité de la langue, je souhaite très sincèrement bon courage à quiconque se lancerait dans le défi de reconstituer ce puzzle pour occuper ses longues soirées d'hiver. Mais la momie envoyée au lit, tout n'était pas réglé. Il avait fallu les services d'un autre sorcier, télépathe, pour convaincre le directeur du musée que tout ceci était une farce, coup d'éclat destiné à attirer l'attention du public sur la réouverture de cette fameuse section et bla bla bla. Heureusement celui qui s'en est chargé connaissait son don car tout s'est passé ensuite comme sur des roulettes et notre cher directeur s'est félicité lui-même de son initiative tout à fait novatrice et tellement plaisante. Le London Times en a même fait un article saluant l'humour  de notre petite farce. Le soufflé est retombé aussi vite qu'il est monté, même si on est passés très près du drame. Heureusement qu'on a pu contenir la momie à temps et que tout est rentré dans l'ordre sans trop de casse.

Et dans tout ça voilà que j'avais aussi retrouvé mon vieux compère Yoon, ce gumiho qui avait traversé les siècles, comme moi. Pour une journée bien remplie... on peut dire que je n'avais pas chômé. Aujourd'hui, par chance, c'est plus calme. Les entrées au musée se sont multipliées suite à toute cette fausse publicité, mais heureusement les choses demeurent identiques dans mon antre, et je n'ai même pas pu passer un savon à Jérôme vu qu'il n'est pas censé savoir que les momies et la magie existent. La punition méritée mais non donnée la pire de mon existence. Ca m'a démangé les naseaux toute la mâtinée... mais je me suis rattrapé en lui hurlant dessus pour des choses et d'autres, comme maintenant. En effet, alors que je me perds dans le fameux article racontant nos ''exploits", mon apprenti se charge d'ouvrir le courrier. Sauf que je distingue bien vite une enveloppe bien loin d'être semblable aux autres.

Jérôme, posez ça.

Pourtant il veut bien faire, l'air concentré, le coupe papier en main et la langue entre les dents comme un écolier qui s'applique à écrire.

Ne vous en faites pas monsieur Sombreval, ça ne me dérange pas de m'occuper du courrier.
Je sais bien, c'est pour ça que je vous paie. Je vous dis juste de reposer cette enveloppe. Elle est pour moi.
Mais monsieur, j'ouvre toujours votre courrier.
Je sais! Sauf que celle-là est privée.
Oh euh...très bien très bien. Mais comment le savez vous?
J'ai reconnu l'écriture. Donnez-là moi.


Je soupire en sentant le petit bout de papier plié et scellé, la posant devant moi comme si ce n'était rien d'important et attends quelques minutes le temps que Jérôme se remette sagement au travail et classe mon courrier. Bien sûr que ce n'est rien de personnel, c'est simplement... par rapport à ma collection. Depuis longtemps maintenant j'ai bâti un réseau d'informateurs et de revendeurs capables de me tenir au courant des ventes un peu ''spéciales", ainsi que des antiquités particulières qui circulent sur le marché noir. Et pour communiquer rien de mieux que du gaélique médiéval, langue que j'ai apprise à certains d'entre eux, ce qui me garantit que personne à part les concernés ne mettra son sale museau dans mes affaires. Et à chaque fois une de ces lettres est la promesse d'une pièce de plus qui s'ajoutera à ma collection déjà vaste et inestimable...

Je déchiffre rapidement les signes rapidement tracés et un immense sourire éclaire mon visage. Heureusement que mon journal fait toujours barrière entre moi et mon assistant, car sinon il aurait sans doute vu la lueur jaune d'envie qui brille dans mes prunelles. Bon sang le diamant Hope... le plus maudit et le plus sanglant... Il me le faut.

Deux jours plus tard.

Me voilà prêt et à l'heure indiquée sur le petit bout de papier que j'ai immédiatement brûlé après avoir tout lu et mémorisé, je me dirige vers le lieu où va se conclure la fameuse transaction qui me fera rentrer avec cet artefact fabuleux dans ma poche. Le col de mon manteau est relevé alors que je progresse dans Londres qui se prépare à s'endormir. Je suis déjà en train de réfléchir à comment je pourrais placer cette nouvelle pièce dans ma collection, lorsque des cris me tirent de ma rêverie. En général je ne prête pas attention aux querelles d'ivrogne mais là c'est une panique qui anime une voix féminine... Je fronce les sourcils et après un regard à ma montre à gousset , je me dis que je peux perdre quelques minutes sur mon emploi du temps... Je jette un oeil à la ruelle d'où les cris proviennent et je vois une pauvre fille allongée sur le sol qui se débat, et deux ou trois types qui en ont après elle. Mais pour qui se prennent-ils? Quelle sous race que de devoir forcer une femelle de leur espèce à coucher avec eux... et la cour, la parade nuptiale hein? Ils n'ont pas l'air de connaître ça ces barbares.

En quelques pas je suis près d'eux et j'attrape le premier par les pans de son manteau crasseux, le projetant d'un mouvement sec contre le mur le plus proche en un bruit sourd. Et je souris en entendant sa nuque se briser alors qu'il retombe, mort, sur le sol mouillé. Un de moins. Je saisis le suivant qui a réalisé que j'étais là,et qu'il allait passer un sale quart d'heure. Il essaie de me toucher, ce qui me fait profondément rire, alors que je cale sa tête entre mes mains et fait claquer ses cervicales avant de le laisser retomber sur le sol comme une poupée de chiffon, du sang coulant de ses narines. Voilà. Je m'essuie les mains sur mon manteau en grimaçant avant de me pencher vers la jeune femme toujours sur le sol et lui tendre la main.

Tout est terminé demoiselle... ça va aller?
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elizabeth Lavenza

Message(#) Sujet: Re: Always speak politely to an enraged dragon [Pv : F. Sombreval Lun 9 Juil - 20:56


"Always speak politely to an enraged dragon" ft. Flavien Sombreval

Voilà qu’il me vient des idées peu recommandables. Des choses qui ne me sont jamais encore arrivés et qu’une autre moi rêvait de faire avec un homme et un seul. Un homme qui m’a fabriqué de toutes pièces. Un homme qui m’obsède et qui a obsédé l’autre moi. Je vois des choses que j’ai eu peine à imaginer lorsque je les ai découverte dans des romans. Je vois des corps nus l’un contre l’autre et cette idée ne me plait guère. Elle m’agite, me secoue, m’effraie presque. Je ne cesse de remuer, priant que mon appel au secours puisse me sauver. Je ne suis absolument pas convaincue. Je n’avais pas l’intonation nécessaire. Mais une toute petite parcelle de ma personne semble y croire. Les restes de la vraie Eli certainement. A ma place, elle ne se serait pas laissée faire non plus. Elle aurait lutté bec et ongles, ne cessant de pensant à son fiancé. Ce dernier était le seul ayant le droit de poser les mains sur elle. Aujourd’hui encore, cet état de fait n’a pas changé. Il le seul qui aurait le droit de s’adonner à ce genre de plaisir en ma compagnie. S’il me l’ordonnait, je n’aurais pas mon mot à dire. Mais j’accepterais sans que ce soit à contre coeur.

Je crois qu’une main se glisse sous mon jupon. Je me débats d’avantage. Mes jambes et mes bras sont totalement bloqués, je suis plus qu’à leur merci. Je ferme les yeux, n’arrêtant pas pour autant de m’agiter. Je ne sentirais rien de toute manière alors je ne veux simplement pas être le témoin des immondices qu’ils souhaitent me faire subir. Pourtant, sans que je ne m’y attende, voilà qu’une de mes jambes se libèrent. Je rouvre les yeux et constate que mon jupon s’affaisse de nouveau. J’écarquille les yeux et cesse de me débattre, curieuse de comprendre ce qu’il se passe. L’autre homme semble avoir totalement disparu. Non pas que cela me déplaise, mais je le cherche du regard, tentant de comprendre. Mais il n’est pas à ma portée. Son ami aussi a cessé de passer ses mains poisseuses sur mon corps qu’il délaisse même. Il doit vouloir porter secours à son collègue. Je demeure interdite. Je ne bouge plus. Je ne comprends rien. Je suis confuse et ne peux qu'écarquiller les yeux d’avantage. Je parviens à pencher la tête en arrière.

Je perçois des mouvements dans la pénombre. Deux hommes face à face. Sont-ce mes deux assaillants ? A peine ai-je le temps de me questionner qu’ils semblent s’affronter. Différence d’opinions ? L’un d’eux termine au sol, sans même avoir eu la chance de se défendre. Une infime part de moi pourrait commencer à prier un Dieu en lequel je ne crois pas. Celui qui est resté debout se rapproche de moi. Je replace ma tête droite, toujours allongée sur le sol. Je ne comprends rien à ce qu’il vient de se passer et semble avoir été incapable de faire le moindre mouvement. J’aurais pu partir depuis longtemps pourtant.

Penché au-dessus de moi, la main tendue dans ma direction, il me demande si je vais bien. Je bats plusieurs fois des paupières. Peu à peu tout se remet en place dans mon esprit et je pose délicatement ma main dans celle qui m’est proposée. Je me redresse et ajuste les pans de ma robes.

Je vous remercie énormément ! Vous avez été rapide et efficace ! m’exclame-je avec enthousiasme.

J’ai gardé sa main dans la mienne et la secoue vivement pour le remercier. Je le regarde de bas en haut, le détaillant longuement et finis par m’arrêter sur son regard. De grands yeux bleus pénétrants et envoûtants. Je lui fais des yeux ronds et semble incapable alors de me détacher de lui et de lui rendre sa main.

Vous n’êtes pas blessé au moins ?

Me rendant compte de l’idiotie de ma question face à celui qui m’a sauvé d’un mauvais pas, je lui rend enfin son membre supérieur et détourne les yeux. Comme à mon habitude, je croise mes mains devant moi et baisse la tête, penaude.

Au risque de me répéter… Merci souffle-je.  

Les yeux ainsi baissés sur le sol, je me rappelle alors que j'ai semé les pièces de métal un peu plus tôt. Je relève la tête, écarquille de nouveau les yeux de surprise et de peur. Peur de perdre ce que Victor voulait que je lui ramène. Je me jette au sol, à quatre pattes devant un inconnu dont j'ignore les intentions à mon égard. Mais ça n'a pas d'importance à mes yeux. Tout ce qui compte est que je retrouve chacune des petites plaques que j'ai échappé plus tôt.

HARLEY-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Flavien Sombreval
Dragon

Message(#) Sujet: Re: Always speak politely to an enraged dragon [Pv : F. Sombreval Mer 18 Juil - 17:48

@Flavien Sombreval a écrit:

Always speak politely to an enraged dragon

Elizabeth & Flavien

Rencontre fortuite mais providentielle dans une ruelle sombre


 
Il me faut toute ma concentration et toute mon immense bonne volonté pour ne pas tout simplement réduire les importuns en cendres, et ne laisser derrière moi qu'une pelletée de charbon qui vaudra plus qu'eux de leur vivant. Au moins le charbon est utile et un pauvre hère pourra toujours s'en sortir pour cuire sa soupe ou réchauffer sa masure. Mais faire surgir d'immenses flammes voudrait dire laisser des traces, et bien évidemment, des murs entiers calcinés et deux cadavres, il ne faudra pas longtemps à ces culs serrés de la Ligue pour remonter jusqu'à moi. Et ce n'est pas comme si j'allais pousser l'abnégation jusqu'à récurer moi-même mes propres traces de brûlures. Je ne suis pas une bonne et je ne m'abaisserai pas à ça, surtout pas pour une vulgaire humaine. Alors mon immense charité va se limiter à achever à peu près correctement et proprement ces rustres, laissant la porte ouverte à bien assez d'hypothèses pour qu'on ne remonte pas jusqu'à moi. 

J'aide la petite personne à se relever et à se remettre debout. On dirait une poupée avec ses boucles et tous ses jupons. Mais une poupée sale, la moitié de sa robe est couverte de boue, tout comme une partie de son visage. Mais elle n'en a que faire, et se contente de rester plantée face à moi, secouant frénétiquement ma main comme si j'étais leur pape, et m'observant avec une expression d'adoration sur son joli minois. Et j'avoue que j'aime ça... J'ai un sourire mielleux alors que j'entends son compliment, m'attendant plutôt à la voir partir en hurlant ou à la voir fondre en larmes, tremblant comme une feuille. Etrange... et encore plus étrange ce que je sens petit à petit...d'abord sous ma main...des rouages...des cliquetis et une volute de magie vient ensuite chatouiller mes narines. Une automate... cette petite personne est une machine bien huilée... un mécanisme admirablement conçu... Et j'ai un rire tonitruant quand elle me demande si je suis blessé, rejetant cette hypothèse d'un mouvement gracieux de la main.

Très chère, celui qui espère me blesser n'est pas encore né... 

Elle me rend enfin l'utilité de ma main avant de baisser les yeux, me remerciant encore une fois, toute gênée et je penche un peu plus la tête vers elle.

Et vous petite demoiselle, que faites-vous dans une ruelle si sordide? C'est dangereux pour une petite lady, animée ou non de s'aventurer par ici, et surtout seule... 

Mais au lieu de me répondre tout de suite la voilà qui tombe à genoux devant moi, tête baissée, et pendant une seconde je repense aux libations des pays orientaux où les autochtones s'inclinaient front contre terre devant leur dieu, et je souris modestement.

Mais très chère allons... pas besoin d'aller jusque là. Vous m'avez déjà remercié et je n'ai pas besoin de plus...

Certes, c'est ce que je dis pour ne pas paraître présomptueux ou un peu trop imbu de ma personne même si au fond de moi j'adore qu'elle me vénère ainsi, qu'elle se prosterne littéralement devant moi. C'est bien charmante petite personne, continue... ça me flatte, et j'aime qu'on me flatte. Et je n'ai pas eu souvent de tels honneurs... à part quand j'ai passé un ou deux siècles en Chine... où ma nature de Dragon millénaire et puissant me conférait presque le statut de Dieu vivant... cette époque me manque... et c'était si agréable de lire leur déférence, leur respect et leur crainte à chaque fois qu'ils me voyaient...Sauf que... je hausse un sourcil en réalisant qu'elle n'est pas en train de me vénérer mais qu'elle...ramasse quelque chose. Vulgaire humaine, tu pourrais au moins avoir un peu plus de reconnaissance pour celui qui t'a évité bien des tourments et des humiliations. La mort même peut-être si ces porcs n'avaient pas voulu laisser de témoins de leurs penchants primitifs.  Elle a presque l'air de gratter le sol. Je ne pense pas que ce soit pour ramasser un peu de terre que j'ai foulée alors quoi? Ce n'est pas une poule, il n'y a rien à picorer... Et c'est seulement là que je remarque les petits bouts de métal qu'elle semble récupérer, et qui semble éparpillés autour d'elle. Je penche légèrement la tête sur le côté, la dévisageant et tendant de comprendre le pourquoi du comment.

Vous avez été blessée très chère, pour que vos vis et vos roues soient éparpillées ainsi partout? 

Et puis... une idée me vient en tête. Pourquoi pas... non c'est idiot. Mais... et si... Je souris en coin et reporte à nouveau mon attention sur elle. 

Est-ce que vous souhaiteriez que je vous ramène chez vous? Les rues par ici ne sont pas sûres... Et une petite personne comme vous ne devrait pas faire le chemin seule... 

Je lui présente mon bras en souriant. Je m'offrirais bien un automate moi... 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Always speak politely to an enraged dragon [Pv : F. Sombreval

Revenir en haut Aller en bas
 
Always speak politely to an enraged dragon [Pv : F. Sombreval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin
» Avocats du Dragon
» Dragon vs Aigles
» Au Dragon Vert
» DRAGON vs GGHH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
League of Extraordinary Gentlemen :: Londres :: 
Quartiers Sud-Est
-
Sauter vers: