AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Sam 16 Juin - 21:07

Mon père, j'ai failli pécher...


Quand Irene avait été approchée pour dérober un objet de grande valeur, sa méfiance s'était réveillée en sachant juste que l'objet en question était toujours porté par son propriétaire. Si la somme qu'on lui proposait était plus qu'alléchante, Irene avait émis une réserve ; avant de donner son avis, elle irait faire un repérage des lieux, afin de pouvoir décider si elle y allait seule ou non. En réalité, elle n'allait pas faire qu'un simple repérage ; elle allait tenter de voir à quoi elle aurait affaire. Mais ça, l'associé n'a pas à le savoir, ce qui est un des points importants quand on est à son compte. On peut décider de marcher ou non après vérification minutieuse.

Un soir, donc, alors que la nuit est tombée depuis quelques heures, Irene se rend au domicile de celui qu'elle est censée détrousser ; une maison plutôt cossue, qui laisse deviner que son propriétaire est quelqu'un d'aisé. Bon, c'est une bonne chose, Irene déteste devoir priver une personne démunie du peu qui lui reste. Elle fait le tour de la bâtisse, à la recherche d'une entrée à improviser, et profite de la faiblesse d'une fenêtre pour pénétrer à l'intérieur, sans bruit et sans briser quoi que ce soit.

Elle se faufile dans l'ombre des pièces, s'y fondant quand elle risque de croiser quelques domestiques, apparemment, avant de réussir à grimper les escaliers pour se diriger vers l'étage des chambres, toujours sans bruit. Elle visite quelques pièces sans y prendre quoi que ce soit, avant d'atteindre une chambre qui lui oppose une petite résistance au début ; quelqu'un avait dû s'enfermer pour pouvoir se reposer en paix...

Après avoir insisté légèrement, la porte finit par s'ouvrir, et Irene peut se rendre compte de la relative sobriété de la chambre. Elle repère un homme d'un certain âge en train de se reposer sur son lit, probablement sa potentielle cible, et s'approche sans bruit pour essayer de voir la raison de sa visite. Elle écarte doucement le col de la chemise de l'homme et se raidit en soufflant :

Mon Dieu...

Ce qu'on voulait lui faire voler était une croix en argent, sur la poitrine d'un homme, probablement un homme d’Église... En général elle n'est pas croyante, mais l'idée de détrousser un homme d’Église ne l'a jamais effleurée, et ce n'est pas maintenant que ça allait commencer. Mais elle est trop tétanisée pour retirer sa main et ne se rend plus compte de son environnement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tiberius Venturi


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Semper fidelis
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Dim 17 Juin - 0:04






Mon père, j'ai failli pécher...


    Une fois de plus, j'étais là, sur le pas de la porte, mes yeux emplis de larmes errant sur les cadavres désarticulés des êtres qui furent les plus chers à mes yeux. Le manque de sang à terre était ce qui avait été le plus frappant : elles étaient si pâles, et pourtant nulle goutte ne restait ni dans leur corps, ni au dehors. Je me revoyais donc là, une fois de plus, à revivre cet enfer comme à chaque nuit. Sauf que cette fois, je me réveillais soudain, au beau milieu de la nuit. Ma pièce, simplement éclairée par une petite lucarne donnant sur la rue, et que les rayons de la lune parvenaient à traverser. Rien.
Quelque chose avait éveiller mes sens, mais je n'entendis rien, ni ne sentis rien aux alentours immédiats. Je tâchais donc de me rendormir.

J'eu alors la surprise de revivre cette fois mon intronisation dans l'Ordre. Ce fut sans doute, outre l'Incident, l'événement le plus marquant de ma vie. C'était le jour où je revenais à la vie, après avoir passé de nombreux mois certes vivant de l'extérieur, mais mort à l'intérieur, mon cœur ayant rejoint ceux de ma femme et de ma fille.
Mes futurs frères Templiers étaient réunis autour de moi, dans la salle du Conseil qui occupait une ancienne chapelle, dérobée au regard du public, dans une vaste église en plein cœur de Rome. Des bougies étaient disposées tout autour de moi, et...

J'ouvrais tout à coup les yeux, sortant fort brutalement de mon sommeil qui pour une fois ne m'assaillait pas de visions d'horreur : ma croix me brûlait la poitrine, et toute ma chambre était à présent moyennement éclairée par le petit rubis qui scintillait d'une vive lumière rouge depuis l'intersection de la croix où il se situait.

Le signal était clair : elle m'avait sorti de mon sommeil en raison du danger imminent qui s'approchait de nous.

Ce fut grâce à sa lumière, qu'elle puisa dans mes propres forces, que je vis le visage angélique de la femme qui se tenait au-dessus de moi. Elle semblait comme hypnotisée par l'artefact qui me protégeait, et qui me rappelait en tout instant à qui je devais ma véritable allégeance.

Avant même qu'elle ne puisse réagir, je roulais sur le côté et me relevais d'un coup, lui faisant à présent face. J'avais au passage récupéré une lame qui jamais ne quittait sa place sous mon oreiller improvisé, et la menaçait en la plaçant dans sa direction. Jetant un oeil vers la porte de ma chambre, je ne vis personne d'autre, et nul crie ne semblait retentir des couloirs des quartiers de résidence des membres de l'Ordre.
Qui qu'était cette personne, elle s'était faufilée en douce jusque dans mes appartements.

" J'ignore qui vous êtes, mais vous venez de vous retrouver dans de sales draps. Comment avez-vous trouvé cet endroit ?"

Je brûlais d'entendre sa réponse, car de toutes évidences, une brèche avait été percée dans le secret très protégé de la localisation de notre Commanderie. L'Ordre lui-même devait être un secret.

" Et que Diable me voulez-vous ?" finis-je par demander, me concentrant suffisamment pour tendre mon esprit vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Dim 17 Juin - 22:04

Mon père, j'ai failli pécher...

Irene reste parfaitement immobile, le souffle court, alors que l'homme dont elle devait initialement prendre le bijou qu'il portait en pendentif se lève d'un bond et la menace d'une lame avant de demander :

J'ignore qui vous êtes, mais vous venez de vous retrouver dans de sales draps. Comment avez-vous trouvé cet endroit ? Et que Diable me voulez-vous ?

Tout de suite en voyant la lame pointée dans sa direction, Irene reprend possession de ses moyens et lève les mains pour montrer qu'elle n'est pas armée, essayant de calmer les battements de son cœur qui s'était emballé en voyant la croix en argent. Elle attend quelques secondes avant de souffler :

Pardonnez-moi, mon père, mais si j'avais su à qui je devais voler cette croix, je n'aurais même pas essayé.

Elle marque un temps d'arrêt, continuant de fixer la lame avec attention, avant de reculer pour s'asseoir sur le fauteuil le plus proche et reprend d'une voix un peu plus maîtrisée :

Mon nom ne vous dirait rien. Mais j'étais censée vous dérober votre croix, sauf que je n'ai pas décidé d'honorer ce contrat avec le peu d'informations que j'avais. Qui plus est, détrousser un homme d’Église... C'est contre mes principes.

Elle prie intérieurement tous les dieux qui puissent exister dans l'imaginaire des hommes, espérant que faire preuve d'honnêteté devant un homme d’Église lui permette, peut-être, de s'en sortir sans trop de mal. Quitte à offrir ses services par la suite... C'est là que la croix en argent lui ramène un souvenir dont elle aurait apprécié se passer, et réprime difficilement un frisson avant de reprendre :

J'ai su où trouver cet endroit grâce aux maigres indications que ceux qui en avaient après vous ont daigné me donner. Comme s'ils se doutaient que vous n'étiez pas n'importe qui... Mais je vous promets que ça n'arrivera plus, vous m'oublierez et je vous oublierai.

Elle lui adresse un sourire contrit mais sincère, les mains toujours levées. Que diable allait-elle faire dans cette galère...
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tiberius Venturi


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Semper fidelis
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Dim 17 Juin - 23:51






Mon père, j'ai failli pécher...


      Bien que quelques secondes de cela je rêvassais, j'étais à présent complètement éveillé, tous sens en alerte. Et pourtant la croix semblait avoir puisé plus d'énergie en moi que je ne le pensais nécessaire pour m'alerter du danger, puisque je me sentais déjà las de maintenir mon bras tendu vers l’intrus, lame au poignet.
Je ne lui ferai cependant pas le plaisir de baisser ma garde ne sachant trop quelles étaient ses intentions.

Comment ? "Mon père" m'avait-elle donc appelé ? Me prenait-elle donc pour un prêtre ? Quoique ce ne fut pas la première fois... Vêtu normalement d'une simple tunique bleu nuit, ma croix reposant ainsi sur ma poitrine, je devais sans doute ressembler à un prêtre, comme je le fus par le passé. Et pourtant cela semblait la laisser sans armes : le seul fait, la simple idée d'imaginer voler un homme de foi semblait aller contre les principes, si peu soient-ils pour une voleuse, de cette femme au visage fort charmant.

" Est-ce là donc ce à quoi vous avez destiné votre vie ?" lui demandais-je comme sur un ton de reproche. "Dérober à la demande ? Oui... J'imagine que ce doit-être un travail fort lucratif..."

Ne la quittant pas des yeux, je prenais une allumette de ma main libre, la craquais sur le meuble et alluma la bougie qui se trouvait jusque là éteinte sur le seul mobilier de ma chambre.
L'entendant ainsi parler de principes, je m'étonnais qu'un simple voleur pouvait encore en avoir. Etait-ce donc là une preuve qu'elle tentait de faire un geste pour demander son pardon, ou bien un leurre pour me faire baisser ma garde et prendre la fuite aussi sec ?
Bien que la seconde hypothèse fut la plus plausible, je sentais, en tendant mon esprit vers elle, qu'elle tentait de faire preuve d'honnêteté. Il était même fort rare que tel fut le cas ! Malgré ce que j'avais pu lire en elle sur l'espace de quelques secondes, je feignais néanmoins ne pas savoir :

"Et comment puis-je croire que vous me dites la vérité ? Vous vous êtes infiltré, Dieu seul sait comment, dans un des endroits les plus secrets et protégé de Londres, pour venir me voler. Maintenant que je vous prend la main dans le sac, vous feignez vouloir vous excuser et disparaître. Me prenez-vous donc pour un idiot ?"

Étrangement à ces mots, l'intensité lumineuse de ma croix diminua soudainement jusqu'à s'éteindre, ce que je sentais par un brusque regain de force.

" Vos dites avoir eu vos informations auprès de ceux qui en veulent après moi. De qui s'agit-il ? Et ne feignez pas ne pas le savoir, je saurai le découvrir, croyez-moi, Mademoiselle Adler."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Lun 18 Juin - 19:01

Mon père, j'ai failli pécher...

Irene tique légèrement quand l'homme face à elle lui fait le reproche d'avoir choisi une vie de voleuse. Combien de fois avait-elle eu droit à ce genre de réaction... Mais venant d'un homme pieux, c'est autre chose. Elle a un profond respect pour la religion, bien qu'elle ne soit pas spécialement croyante ou pratiquante, et se mord les doigts intérieurement à l'idée qu'elle ait pu caresser l'idée de voler une croix. D'argent, d'or ou de cuivre, elle n'y touche pas pour tout l'or du monde.

Toujours immobile sur son fauteuil et les bras levés, elle l'entend lui asséner :

Et comment puis-je croire que vous me dites la vérité ? Vous vous êtes infiltré, Dieu seul sait comment, dans un des endroits les plus secrets et protégé de Londres, pour venir me voler. Maintenant que je vous prend la main dans le sac, vous feignez vouloir vous excuser et disparaître. Me prenez-vous donc pour un idiot ?

Mais alors qu'elle s'apprête à répondre, il lui donne un dernier coup de grâce :

Vos dites avoir eu vos informations auprès de ceux qui en veulent après moi. De qui s'agit-il ? Et ne feignez pas ne pas le savoir, je saurai le découvrir, croyez-moi, Mademoiselle Adler.

Aussitôt, elle déglutit. Comment connaissait-il son nom, alors qu'elle ne s'était pas présentée ? L'avait-il vue ? Avaient-ils des "amis" en commun ? Non, pas cette dernière hypothèse, la seule personne qu'elle considère comme un ami - et plus si affinités - est Sherlock Holmes, or lui n'est pas du genre à traîner avec des hommes de Dieu... Ou alors il a fait une crise mystique sans qu'elle soit au courant, mais elle ne le saurait probablement pas avant un moment.

Elle respire profondément pour tenter de calmer l'angoisse sourde qui la prend, avant de répondre avec la plus sincère franchise :

Loin de moi l'idée de vous prendre pour un idiot. Si j'avais voulu le faire, je m'y serais prise autrement plutôt que d'y aller par moi-même. Ceux qui m'ont... comment dire ça... commandé votre croix m'ont été adressés par un de mes contacts, qui n'a pas su leur donner satisfaction. Aussi n'ai-je pas pris leur nom, mais je peux vous les décrire : ils portaient de longues capes noires, je n'ai pas vu clairement leurs visages mais ils étaient... blafards.

Un doute germe dans son esprit ; cela voulait-il dire quelque chose en particulier ? En son for intérieur, Irene espère que non...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tiberius Venturi


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Semper fidelis
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Mar 19 Juin - 17:36






Mon père, j'ai failli pécher...


      A présent que j'avais évoqué son nom à haute voix, afin de lui faire comprendre que je savais des choses sur elle sans rien en savoir en réalité, je me figurais maintenant que j'avais tord. Son nom me disait bien quelque chose. Associé à son apparence fort bien habillée ainsi qu'à ses talents de voleuse, sans doute professionnelle puisqu'elle avait des clients, je ne pouvais qu'assembler les pièces du puzzle...

C'est alors qu'elle m'avoua répondre à une commande d'un groupe de personne vêtues telle une sorte de secte. Quel genre de secte aurait-il bien pu s'agir ? Et lorsqu'elle ajouta qu'ils étaient blafards, mon cœur manqua un battement.

Était-ce donc vrai ? Les rumeurs que j'avais maintes fois pu entendre au sein de ma nouvelle Commanderie de Londres seraient-elles fondées ? Si tel était le cas, la situation devenait alors plus qu'intenable.
Qu'un groupe de vampires, à supposer qu'ils soient bien des vampires et non de simples imposteurs, se réunissent sous la même bannière allait inévitablement conduire au massacre général dans Londres tout entier. Je savais ces créatures si instables et disposant d'un tel ego que les cohabitations ne duraient jamais, sauf en cas de nécessité...
Cette nouvelle hypothèse me fit froid dans le dos. Qu'est-ce qui pourrait pousser ces créatures de Satan à se réunir ? Craignaient-elles quelque chose ? Pour ma part je doutais fortement que je fusse leur sujet d'inquiétude. Seul, contre plusieurs créatures, je savais fort bien que je ne ferai jamais le poids. Ce ne pouvait donc être cela. Mais alors pourquoi Diable cherchaient-elles à m'extirper ma croix ?! Que de questions sans réponses...

Je me rendis alors compte que j'étais resté un moment à ruminer mes sombres pensées, tandis que la voleuse se tenait toujours assise, aussi tendue qu'un arc tel que je le sentais, m'observant patiemment.

"Au teint blafard, dîtes-vous ? Voyez-vous cela ! Je ne saurai que vous exprimer mon... Scepticisme face à un tel aveu. Viendrez-vous à mentir à un homme d'Église, Miss Adler ?" lui demandais-je sombrement, baissant mon bras qui tenait toujours cette lame.

Au travers de cette question, je cherchais avant tout à savoir si elle me disait bien la vérité, voire même en obtenir une image en sondant son esprit, ma question l'obligeant ainsi à replonger dans ses souvenirs.
J'espérais au fond de moi qu'elle se trompait, mais dans le cas contraire, les conséquences d'un tel fait seraient inimaginables, et hors de contrôle. Car je nous savais, nous, Templiers protecteurs de Londres, pas assez nombreux pour faire face à une armée de ces créatures.

"Et que savez-vous au sujet de ceci ?" lui demandais-je en tapotant de ma lame la croix en argent sertie d'un rubis en son centre, rubis dont la lueur était à présent éteinte. "Que vous ont dit vos clients à ce sujet ?"

Il me fallait résoudre ce problème de suite, car si ces créatures voulaient en effet mettre la main sur cet artefact, cela signifiait qu'elles en avaient besoin, mais aussi qu'elles en avaient eu connaissance. Or cela, je le pensais impossible...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Mar 19 Juin - 22:30

Mon père, j'ai failli pécher...

Au teint blafard, dîtes-vous ? Voyez-vous cela ! Je ne saurai que vous exprimer mon... Scepticisme face à un tel aveu. Viendrez-vous à mentir à un homme d'Église, Miss Adler ?

Irene se contente de secouer négativement la tête, sans ajouter un mot ; bien qu'Américaine, bien que de bonne famille, elle est quand même respectueuse des religions, et on lui a bien appris que mentir, surtout à un homme de Dieu, n'est vraiment pas la meilleure chose à faire.

Elle attend patiemment que l'homme face à elle reprenne la discussion, baissant légèrement les bras pour éviter la crampe dans les bras, mais toujours sans montrer aucune animosité. A quoi cela peut-il servir, puisqu'elle n'a pas l'intention d'exécuter la commande qui lui a été faite ?

Elle voit l'homme tapoter sa croix et demander :

Et que savez-vous au sujet de ceci ? Que vous ont dit vos clients à ce sujet ?

Irene cherche au plus profond de sa mémoire pour tenter de se rappeler l'échange qu'elle avait eu avec eux, et finit par souffler :

Rien de particulier, à part qu'elle avait une très grande valeur marchande et que je pouvais en tirer un bon prix une fois qu'elle serait vendue. Mais encore une fois, pour moi ils ne sont que des amateurs avides de pouvoir, et ça ne me plaît pas du tout.

Elle marque un temps d'arrêt avant de baisser un peu plus les bras, grimaçant légèrement, puis reprend :

Me permettez-vous de baisser les bras, mon père ? Non pas que je veuille vous agresser outre mesure, mais je vous avoue que la crampe me guette à rester ainsi... Et que pourrais-je faire pour vous prouver ma bonne foi ?

Pour la première fois dans sa vie de voleuse, elle tient à se faire pardonner pour un crime qu'elle n'a pas commis ; comme quoi, un miracle est possible...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tiberius Venturi


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Semper fidelis
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Mer 20 Juin - 0:28






Mon père, j'ai failli pécher...


      D'après ce qu'elle me répondit, elle n'avait aucune idée de la véritable utilité de cette croix. Elle avait simplement tenté d'exécuter le travail sans poser de questions, ce qui en faisait selon moi une personne de choix pour ce genre de travail. Cette Miss Adler -fichtre je ne saurai jamais retrouver son prénom...- méritait ainsi sa réputation.

De toutes évidences, elle était fort mal à l'aise, et je ne le sentais que davantage. Une fois certain qu'elle allait bien accomplir ce qu'elle prétendait vouloir faire, je m'autorisais enfin à m'adoucir.

"Arf, baissez ces bras, je n'ai nulle envie d'être à l'origine de votre inconfort, aussi insignifiant soit-il pour moi."

C'est au même moment que j'entendis hurler dans le couloir :

"Intrusion ! Mes frères, aux armes !"

Au dehors de ma chambre, j'entendis les quelques rares portes de mes frères logeant directement à la Commanderie s'ouvrir brutalement, suivi des cliquetis caractéristiques des armes à feu qui se chargent (Dieu m'en soit témoin je ne les aimais pas !), et de lames d'argent sortant de leurs fourreaux.
On frappa alors à ma porte resté fermée, assez bruyamment.

"Vôtre Seigneurie, vous n'avez rien ?!" me hurla-t-on à travers la porte.

Je ne pu m'empêcher de lever les yeux au ciel : ce que je pouvais les détester lorsqu'ils m'appelaient ainsi... J'ouvrais la porte à la volée :

"Oui je vais bien." Déjà quelques frères un peu trop curieux jetèrent des coups d’œil inquisiteurs par dessus mon épaule, et l'un d'eux finis par s'écrier :

"Il y a une femme dans sa chambre !"

Bien que les relations avec le sexe opposé ne soient pas interdites dans l'Ordre, puisque nous ne répondions en rien devant le Vatican, il était assez peu commun qu'elles aient lieu au sein même de la Commanderie. Avant que toute remarque impromptue ne démarre, je décidais de couper court à leurs commentaires :

"Tout va bien. Retournez à vos appartements, mes frères." Voyant certains frères désireux d'avoir davantage d'information, je leur intimais cette fois sous le ton d'un ordre. "Maintenant. Allez, fichez-moi le camp !"

Il se retournèrent tel un seul homme et repartirent en traînant des pieds vers leurs appartements. Encore aujourd'hui je m'extasiais devant l'autorité, en soit injustifiée, que j'avais sur eux, puisque leurs seuls supérieurs étaient leur Grand-maître de la Commanderie de Londres, et le Conseil de l'Ordre du Temple basé à Rome.

Je me retournais finalement vers Miss Adler, la montrant de ma lame que j'avais momentannément caché sous ma tunique.

"Quant à vous, vous allez me conduire à l'endroit où vous auriez dû livrer votre marchandise. Et maintenant !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Jeu 21 Juin - 21:30

Mon père, j'ai failli pécher...

Avec soulagement, Irene accueille le feu vert de l'homme face à elle pour baisser les bras, et fait craquer ses jointures avant de vérifier que ses épaules sont encore en place. On ne dirait pas comme ça, mais elle est un peu délicate ne serait-ce qu'en surface, il faut bien qu'elle en joue de temps en temps.

Mais alors qu'elle baisse les bras, elle entend des cris dans le couloir et se fige ; elle avait su rester discrète pour se faufiler jusqu'à la chambre, mais probablement que la fenêtre par laquelle elle est entrée a trahi sa présence. Elle se recroqueville comme elle le peut sur sa chaise, pendant qu'on tambourinait à la porte, avant que l'homme ne l'ouvre avec quelque peu de virulence pour leur lancer :

Oui je vais bien.

Simple, classique, plutôt efficace. Même si Irene ne peut s'empêcher de foudroyer du regard ceux qui soulignent sa présence avec un air offusqué, avant que l'homme ne décide d'intervenir pour couper court aux commentaires :

Tout va bien. Retournez à vos appartements, mes frères. Maintenant. Allez, fichez-moi le camp !

Quelle autorité.. Irene comprend mieux pourquoi elle est comme une petite souris avec lui. Elle observe les collègues de l'homme tourner les talons sur son ordre impérieux, puis reporte son regard sur ce dernier quand il lui ordonne :

Quant à vous, vous allez me conduire à l'endroit où vous auriez dû livrer votre marchandise. Et maintenant !

Bon, décidément, Irene n'aime pas recevoir des ordres, mais là elle n'a pas le choix. Poussant un léger soupir, elle pose ses mains délicates sur ses genoux et réfléchit quelques secondes avant de répondre :

Nous devions nous retrouver à un café près du Museum, mais comme je ne leur ai pas dit si j'acceptais leur offre, il faut que je les fasse prévenir pour leur donner rendez-vous. Souhaitez-vous jouer le jeu et venir voir par vous-même ?

Prête à tout pour se faire pardonner et se faire oublier. Et elle y parvient toujours, d'une manière ou d'une autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tiberius Venturi


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Semper fidelis
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Sam 23 Juin - 0:41






Mon père, j'ai failli pécher...


      Je ne savais encore que penser de tout cela. J'étais parvenu à entrer en elle, et m'infuser dans le tournoiement de ses pensées, et n'avait détecté en elle qu'honnêteté, ce qui était fort étonnant compte tenu de son métier. Pour une raison que j'ignorais, et ne parvenais pas encore à comprendre, je ne pouvais déterminer la raison pour laquelle ses talents de voleuse, et sa volonté de fer disparaissaient comme par enchantement face à la présence d'un homme de foi. Devais-je me sentir ainsi honoré ? Ou cela cachait-il un plus grand mal encore ?

Mais peu importait. La simple hypothèse qu'une armée de vampire, même un petit groupe, ait pu prendre naissance à Londres me faisait froid dans le dos, et ne m'inspirait qu'un climat de terreur à venir... Si tant qu'il s'agissait bien de vampires. Mais de quoi d'autres sinon ? Aurait-elle exagérée dans ses propos ? Je ne l'avais pas ressenti si tel avait été le cas. Cela ne m'empêcha néanmoins pas de lancer une petite prière pour qu'Il fasse que cela ne soit pas le cas.

Face à sa question, je sentais comme à la fois une sincérité profonde de voir la situation se résoudre au plus vite, cela la mettant particulièrement mal à l'aise, mais aussi un éclat d'excitation dans l'optique d'une telle rencontre. Cela ne m'enchantais guère, et pourtant je sentais qu'il me fallait agir, et vite. Résoudre ce mystère était impératif pour la survie de notre Ordre, et celle des habitants de Londres.

" Très bien, mais ne vous avisez pas de me doubler, je vous ai à l’œil." Je décidais finalement de ranger ma lame dans mon fourreau dorsal.

Je me retournais, et écrivais à la hâte une note urgente à l'attention du Grand-Maître de la Commanderie de Londres.
La posant en évidence sur la table afin que mes frères la voient, je me retournais finalement à nouveau vers Miss Adler, et lui dis :

"Montrez-moi le chemin", tout en prenant ma longue cape noire et mon chapeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Dim 24 Juin - 20:58

Mon père, j'ai failli pécher...

Irene se contente de lui adresser un sourire quand il lui signale qu'il vaut mieux pour elle de ne pas le doubler ; quel intérêt aurait-elle à le faire ? Elle est bien trop heureuse de s'en sortir à si bon compte face à un homme de Dieu...

Elle se redresse et le laisse écrire un mot, qu'elle devine à l'intention de ses "frères" comme il les avait appelés quelques instants plus tôt, avant qu'il ne reporte son attention sur elle en prenant sa longue cape noire et son chapeau :

Montrez-moi le chemin.

Aérienne, la jeune femme le laisse passer devant elle pour le suivre comme une ombre, lançant un regard noir aux autres membres de la confrérie quelque peu étrange histoire de les dissuader de l'approcher, et une fois sortie du bâtiment, elle passe devant pour montrer le chemin. Elle est sur ses gardes, aussi bien pour surveiller son champ de vision que ses angles morts pour éviter d'être surprise.

Le trajet se passe en silence, Irene surveillant son environnement pour être sûre que tout allait bien se passer, puis ils finissent par arriver au lieu de rendez-vous prévu initialement si jamais Irene acceptait le contrat. Elle s'assure que tout va bien avant de se tourner vers l'homme de Dieu :

Voilà, c'est ici que nous devions nous retrouver si j'acceptais le contrat. C'est vous le maître de la situation désormais, que voulez-vous faire ?

Elle s'installe à une table et commence à préparer son matériel portable pour écrire un mot à ses commanditaires, laissant son inspiration venir à elle avant de coucher ses mots sur le petit bout de papier devant elle. En l'espace de quelques secondes, elle écrit ceci :

Messieurs,

Après mûre réflexion, j'accepte votre proposition, ayant fait un repérage des lieux au cours de la soirée. Je vous propose donc que nous nous rencontrions à l'endroit prévu initialement, afin que nous discutions plus en détail de ce que vous recherchez.

Comme d'habitude, venez seuls et sans arme.

Bien à vous,

I. A.


Quand elle a terminé, elle soumet le mot à l'homme de Dieu avant de souffler :

Puis-je vous demander votre nom, mon père ? Ou dois-je continuer à vous appeler ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tiberius Venturi


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Semper fidelis
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Mar 26 Juin - 23:45






Mon père, j'ai failli pécher...


      Je la suivais, néanmoins sur mes gardes au travers du temple. Je savais qu'un de mes frères ne manquerait pas de tomber sur la note que j'avais laissé, et d'en avertir le Grand Maître.

Lorsque nous sortîmes de la Commanderie, juste sous le temple maçonnique de Freemason's Hall, je jetais un œil aux alentours, davantage sur mes gardes encore. Rien à signaler, tout avait l'air calme. Mais alors comment était-elle entrée, si ce n'était pas la grande porte ? Du verre brisé dans la rue n'aurait pas manqué d'alerter mes frères postés de garde à ce moment là, et de sonner l'alarme. Cette... Arène ? Non, Pérenne ? Non plus, bon sang, je me faisais décidément trop vieux... Ah oui, Irène voilà ! Je savais bien que j'avais déjà entendu parlé d'elle, et je me félicitais intérieurement de ne pas avoir eu à utiliser mes dons pour le découvrir de moi-même. Je n'aimais guère m'introduire de force dans l'endroit le plus privé et le plus sacré des gens, sauf lorsque je l'estimais absolument nécessaire.
Je me disais donc, que cette Irène Adler disposait d'un talent si certain que peut-être elle pourrait d'une utilité non négligeable pour mon Ordre. Pourquoi pas après tout ? Surtout si elle tenait en haute estime les hommes religieux. Mystère qu'il me faudrait d'ailleurs parvenir un jour à percer, je m'en faisais la promesse.

Nous arrivâmes finalement au lieu de rendez-vous, au niveau d'une ruelle tout de même assez large, en face d'un petit restaurant sombre, mais disposant néanmoins d'une terrasse, chose rare à Londres.

"Voilà, c'est ici que nous devions nous retrouver si j'acceptais le contrat. C'est vous le maître de la situation désormais, que voulez-vous faire ?"

J'observais tout autour de moi, gardant le silence, le temps qu'elle écrive la note destinée à ses clients, note qu'elle me tendait par la suite.
Je la lu rapidement : simple, concise, elle était fort pragmatique. Je ne pouvais néanmoins que remarquer cette délicate calligraphie sur le papier, ce qui me donnait motif à penser qu'elle était allé dans une haute école pour apprendre ainsi écrire aussi soigneusement. Elle devait donc sans doute être issue d'une famille aisée, si ce n'était une famille noble. Et cette façon d'écrire ainsi les "L", cela me faisait penser aux croches des partitions de musique...

Quoiqu'il en soit je lui répondais :

"Vous, restez assise ici. Moi je vous surveillerai du fond du salon de thé, de l'intérieur. Veillez à conserver votre caractère habituel, et ne posez pas le regard sur moi. Surtout ne faites aucun geste brusque face à eux, et ne me regarder pas si je viens à passer près d'eux. Pour le reste, je vous fait confiance. Une femme de votre talent devrait savoir que faire dans ce genre de situation."

Quand elle m'adressa sa dernière question, je ne pu me retenir d'un sourire.

"Si vous devez continuez à m'appeler "mon père" ? Eh bien, qu'en pensez-vous ? Qu'est-ce que vos talents peuvent vous révéler sur moi ?"

Au fond cette situation m'amusait assez, et le fait de la tester serait aussi, je l'espérais, une révélation de ses prédispositions pour la Foi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Sam 30 Juin - 17:29

Mon père, j'ai failli pécher...

L'homme de Dieu, attrapant la note qu'elle lui tendait, la regarde avec attention avant de hocher la tête, puis repose son attention sur Irene en lui répondant :

Vous, restez assise ici. Moi je vous surveillerai du fond du salon de thé, de l'intérieur. Veillez à conserver votre caractère habituel, et ne posez pas le regard sur moi. Surtout ne faites aucun geste brusque face à eux, et ne me regarder pas si je viens à passer près d'eux. Pour le reste, je vous fait confiance. Une femme de votre talent devrait savoir que faire dans ce genre de situation.

Irene hoche la tête avant de récupérer la note, qu'elle laisserait à l'attention du serveur pour quand le café ouvrirait ; vu l'heure, ils avaient encore toute la nuit devant eux, ça laisse le temps à Irene de réfléchir à la chorégraphie qu'elle allait mettre en place à partir du lever du soleil pour aider l'homme de Dieu.

Ce dernier, par ailleurs, lui adresse un sourire avant de répondre à sa dernière question :

Si vous devez continuez à m'appeler "mon père" ? Eh bien, qu'en pensez-vous ? Qu'est-ce que vos talents peuvent vous révéler sur moi ?

Irene fronce légèrement les sourcils et reste silencieuse quelques instants, le temps de réfléchir et de rassembler ses idées, avant de répondre doucement :

En soi, vous n'êtes pas un ecclésiastique, vu votre tenue vestimentaire. Mais vous restez quand même un fervent croyant, alors... ne feriez-vous pas partie d'une loge ou d'une branche de l’Église ? Pas l'anglicane, sans vouloir vous offenser, votre tenue ne ressemble pas à celle des ecclésiastiques de l’Église anglicane... Peut-être catholique, mais je ne serai pas aussi catégorique. A vrai dire, j'ignore si l'on peut vous mettre dans une case en particulier.

Elle lui adresse un léger sourire avant de jeter un coup d’œil à sa montre, qu'elle présente au réverbère le plus proche ; minuit, il vaudrait peut-être mieux qu'ils aillent se coucher pour être frais et disponibles pour le lendemain. Elle pose de nouveau son regard sur l'homme de Dieu avant de reprendre :

Ce que je propose, mon père, c'est que nous retournions nous coucher et que nous revenions demain matin pour que vous puissiez faire votre office. Qu'en dites-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tiberius Venturi


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Semper fidelis
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Mar 3 Juil - 14:52






Mon père, j'ai failli pécher...


      Je l'écoutais attentivement lorsqu'elle me dressa le tableau de ce qu'elle analysais de moi. Et bien que son analyse manquait quelque peu de précision, il n'en était cependant pas moins intéressant de voir qu'elle n'était pas tombé loin de la vérité...

"Votre analyse est des plus intéressantes, Miss Adler, et s'approche de la juste vérité. Vous avez raison je ne suis pas ecclésiaste, mais je travaille quand même pour le Tout-puissant."

Je la regardais d'un air grave, la jaugeant volontairement, puis continuais :

"Vous n'avez vraiment aucune idée d'où vous avez mis les pieds ce matin, n'est-ce pas ? Il me semble malheureux de voir une voleuse professionnelle de votre genre ne pas se renseigner plus avant sur l'endroit où se porte sa mission. Cependant, vue vos états de service qu'il me semble me remémorer, ce doit ainsi être parmi vos modes opératoires ?"

Elle lui adressa finalement sa proposition pour la suite du déroulement des opérations, ce à quoi je m'attendais bien entendu.

"Ce que je propose, mon père, c'est que nous retournions nous coucher et que nous revenions demain matin pour que vous puissiez faire votre office. Qu'en dites-vous ?"

"Très bien, j'y serai pour l'ouverture, à l'endroit dont je vous ai parlé. Ne soyez pas en retard."

Je me retournais ainsi et m'en rentrais vers le Freemason's Hall. Sur le chemin du retour, je méditais sur les événements de la journée, ainsi que les révélations que cette Irène Adler m'avait apportée. Il me fallait rentrer au plus vite à la Commanderie pour discuter de cela avec mes frères, comprendre comment cela aurait-il pu se passer sous leur nez sans qu'ils n'en aient jamais eu aucun écho, aucun indice. Cela me paraissait plus qu'improbable, irréaliste.

Tandis que je marchais, j'eu le désagréable sentiment d'être suivi. Je me mis à coller le bord droit de la route, tachant de regarder dans les reflets des vitres si poursuivant il y avait, mais ne vis rien. Je m'enjoins au calme, respirant doucement et profondément, et m'arrêtais soudain devant une étale, en profitant pour regarder derrière moi d'un rapide coup d’œil. Rien. Maudissant ma paranoïa qui somme toute semblait vouloir s'installer en moi, je m'en rentrais d'un pas plus vif, partager avec mes frères la menace qui pourrait planer sur nous tous.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Jeu 5 Juil - 19:22

Mon père, j'ai failli pécher...

Très bien, j'y serai pour l'ouverture, à l'endroit dont je vous ai parlé. Ne soyez pas en retard.

Telle est la dernière parole du jour de l'homme de Dieu, faisant sourire Irene et s'incliner devant lui avant de retourner chez elle pour préparer le lendemain. Elle a déjà une idée du scénario qui allait se faire au café, il lui faut juste préparer les gestes et les mots qui sortiraient respectivement de son corps et de ses lèvres avant de sombrer dans les bras de Morphée.

En rentrant, elle troque sa tenue d'infiltration pour une nuisette de satin qu'elle agrémente d'un peignoir dans la même veine, puis s'installe sur son lit et se met à réfléchir à la suite des événements. Essayer de tromper un homme de Dieu, bien que non ecclésiastique, il en est hors de question ; par contre, tromper ceux qui avaient voulu le duper et lui prendre ce qu'il a de plus précieux, ça c'est quelque chose qu'Irene accomplirait mille fois au moins. On ne touche pas au sacré, non mais !

Alors que son plan se grave doucement dans sa mémoire, la jeune femme se laisse aller à quelques rêveries, s'amusant à penser ce que son cher Sherlock penserait de cette situation plutôt cocasse. Il lui aurait probablement avoué qu'il n'aurait jamais cru qu'elle avait des scrupules, ce à quoi elle lui répondrait qu'il a encore beaucoup à apprendre d'elle et sur elle... C'est avec l'image du baiser qu'ils échangeraient qu'elle s'endort, détendue et prête à l'action pour le lendemain.

***

Irene se lève aux aurores, comme à son habitude ; après un solide petit déjeuner, elle se décide à se faire couler un petit bain chaud et à préparer sa tenue pour la journée, avant de se glisser dans l'eau chaude pour y passer un petit moment. Elle a tout le temps avant l'ouverture, mais telle qu'on la connaît, elle ne fait pas les choses à moitié.

Dès qu'elle est prête, elle attrape sa petite bourse, enfile se chaussures et se dirige vers le café d'un pas un peu pressé pour y être pile à l'ouverture. Lorsqu'elle y arrive, elle s'installe à sa place habituelle, et voit arriver promptement son serveur favori à qui elle souffle :

Vous verrez arriver plusieurs hommes en deux temps. Un homme de Dieu qui se mettra au fond, de façon à ce que ma table soit dans son champ de vision, servez-le comme un ami. Deux autres hommes viendront à ma table, laissez-les faire et n'intervenez pas. C'est entendu, George ?

Bien, Milady. Vous apporté-je votre thé ?

Irene hoche la tête en signe d'assentiment et George se dépêche de disparaître chercher la commande de la jeune femme. Voilà un garçon des plus obéissants...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tiberius Venturi


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Semper fidelis
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Mar 10 Juil - 1:10






Mon père, j'ai failli pécher...


      Dès lors que la réunion avec le Grand maître et les lieutenants de la Commanderie fut close, j'allais de suite trouver ma couche pour tâcher de me rendormir au possible. Et ce fut hélas un échec complet. Je passais la nuit à m'imaginer ce qu'il en serait si mes pires craintes venaient à se réaliser.
Je fus finalement réveillé aux aurores, le soleil levant mettant fin à mon calvaire d'inactif ensommeillé.

Je me préparais en toute hâte, vérifiant que mon fourreau contenant mes douze lames était bien en place dans mon dos, puis enfila ma cape par-dessus. Devrais-je prendre cette canne épée en argent que mes frères m'avaient offert en cadeau de bienvenue ? Non... Pas aujourd'hui, et elle ne me servirait sans doute à rien avec cette maudite jambe boiteuse...

Tandis que je m’apprêtais à quitter ma cellule, je pris finalement ma petite dague en argent et or, cadeau du Grand-Maître Suprême à Rome, et la glissais dans un fourreau dissimulé le long de ma cuisse par deux fines couches de tissus noir.
Avant de partir je fis un crochet par la chapelle, où j'entamais une dernière prière, qui Lui demandait principalement de faire en sorte que mes craintes ne seraient exhaussées. C'était justement dans ces moments là que j'entrais en profonde méditation, à la faveur du silence de la chapelle, cet endroit baigné de sérénité, et qui me permettait ainsi de canaliser ma force vitale pour la conserver au plus profond de moi, et de l'envoyer ainsi en grande quantité vers ma croix si le besoin s'en faisait sentir.
Mais aujourd'hui, si Dieu était avec moi, je n'en aurai nul besoin.

Je quittais ainsi la Commanderie une heure à peine après le levé du soleil, mais tandis que j'arrivais sur place, l'esprit aux aguets, je la voyais déjà en position, assise à sa table en terrasse, sirotant son thé matinal. Très matinal !

Je passais devant elle, lui jetant un regard entendu, mais sans la regarder ostensiblement, ni m'arrêter. Il fallait garder ma couverture intacte si je souhaitais démêler les tenants de cette histoire qui n'avait que trop durer.

Je me dirigeais vers le coin sombre du café en intérieur, qui avait l'avantage de me donner une vue panoramique de la terrasse tout en étant pour ainsi dire invisible vue de l'extérieur, depuis la rue. Mais alors que j'arrivais devant la table, je vis que celle-ci était déjà prise. A cette heure ? Alors qu'il n'y avait personne d'autres dans le café ?!

Le type était assis là, chapeau sur la tête avec d'épaisses lunettes de protection utilisées pour conduire ces nouveaux véhicules à explosion, et une pipe dans le bec. Il semblait lire son journal, même si je le sentais à l’affut de ce qu'il se passait autour de lui.
A voix basse pour ne pas attirer l'attention, je lui lançais :

"Navré de vous déranger, monsieur, mais je pensais avoir réservé cette table..."

L'homme baissa son journal, me regarda par-dessus ses lunettes et me répondit :

"C'est que je vois bien d'autres tables où vous pourriez poser votre aimable personne."

L'homme ne manquait pas de confiance face à un homme d'Eglise ! Et le ton qu'il employait, non pas discourtois mais très direct, me dérangeait quelque peu... Je sentais que l'homme était plein d'assurance, et cela risquait de compromettre toute notre mission... C'est finalement le serveur lui-même qui sauva la situation, en s'adressant à l'homme :

"Pardonnez-moi, monsieur, mais l'erreur est mienne. J'ai oublié de vous faire savoir que cette table était effectivement prise par ce monsieur. Recevez toutes mes excuses..."

Étonnement, l'homme garda son calme parfait, fermant son journal et se levant avec vivacité.

"Je vois... Voilà qui met fin à mon petit-déjeuner alors. Vous ne verrez donc aucun inconvénient à me l'offrir, n'est-il pas ?"

Je ne pu m'empêcher de retenir un sourire, il est vrai. Le serveur lui, resta le bec fermé, ne sachant que répondre. L'homme néanmoins s'en alla, sans payer en effet, rasant bizarrement les murs pour sortir et prendre la rue sur la droite en un virage net. Vraiment curieux personnage... Et qu'était-ce donc que j'avais vu tandis que nos épaules s'étaient rencontrées ? Assurance, désespération, amusement, excitement, traque, enquêtes... Et puis ce visage semblait faire écho à ma mémoire, mais sans pouvoir mettre un nom à cette figure. Décidément, la mémoire me lâchait de plus en plus rapidement.

Le serveur m'amena de suite un café, répugnant -surtout quand on est Italien...- mais finalement avec toute cette histoire, le temps avait défilé, et voilà qu'à peine en position, je vis deux individus s'asseoir avec assurance à la table de Miss Adler au dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Dim 15 Juil - 21:51

Mon père, j'ai failli pécher...

L’œil vif et les sens aux aguets, Irene surveille la circulation comme si de rien n'était. Elle fait comme à son habitude, se contentant de hocher la tête poliment lorsque l'homme de Dieu finit par passer devant elle, la saluant comme s'ils ne se connaissaient pas. Toujours dans son rôle, elle le laisse s'installer, laissant ses oreilles traîner derrière elle pour vérifier qu'il n'y avait pas d'accroc. Elle grimace légèrement lorsqu'elle devine la présence d'un homme à la table normalement réservée à l'homme de Dieu, puis se détend lorsqu'il finit par partir. Bien que sa silhouette lui rappelle confusément quelqu'un, lorsqu'il passe devant elle... Mais chaque chose en son temps.

Elle finit par reporter son attention sur sa tasse de thé, quand deux hommes viennent s'asseoir à sa table de façon posée. D'un coup d’œil, elle peut les reconnaître : ce sont les deux hommes venus la voir pour qu'elle dérobe la croix de l'homme de Dieu. Souriant avec politesse, elle pose sa tasse de thé et leur lance :

Bien le bonjour, messieurs. Vous êtes bien matinaux.

Nous nous adaptons à vos désirs, Milady, répond l'un des hommes en souriant et se découvrant, révélant sa pâleur sans que sa peau ne se mette à le brûler à la lumière du soleil qui se lève à peine. Peut-on savoir ce qui vous a poussée à accepter notre offre ?

Irene reprend une gorgée de thé avant de répondre doucement :

Hé bien, lorsque j'ai fait mon repérage, j'ai reconnu la maison. Fut un temps, une partie de ma famille y vivait, mais elle en a été dépossédée il y a quelques années sans une véritable raison, et je suppose que les gens qui y vivent ont remplacé ma famille. C'est donc devenu une affaire personnelle.

Oh, je vous prie de m'excuser, nous ignorions que la maison avait pu appartenir à votre famille... Comment pensez-vous agir ?

Ne vous inquiétez nullement pour cela, très cher. Je me débrouillerai, et vous aurez l'objet de votre requête.

Elle continue de discuter avec eux en s'assurant que l'homme de Dieu est toujours dans le café, à l'affût, pour savoir à qui il a failli avoir à faire. Bientôt, peut-être, agirait-il...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tiberius Venturi


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Semper fidelis
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Mer 18 Juil - 16:39






Mon père, j'ai failli pécher...


      Je les vois, tous deux qu'ils sont, assis à la table de Miss Adler. En un rien de temps, je tâche d'analyser la situation : peu de monde aux alentours, sans doute dû à cette heure fort matinale. Néanmoins le soleil est suffisamment haut dans le ciel pour éclairer la rue découverte, ainsi que la terrasse où les trois individus se tiennent. Hélas ce point de rendez-vous donnait bien trop de possibilité d’échappatoire en cas de course-poursuite, mais je me suis assuré que mes frères Templiers se mobilisent à mon ordre en cas de problème. Ils viennent à courir, ils n'iront pas bien loin...

Il est cependant fort curieux de voir ces individus se pavaner en plein soleil, même s'ils étaient entièrement couverts.

Je reste caché dans l'ombre, attendant de voir ce que font les deux hommes, mais ils restent là, assis à la table, jusqu'à ce que l'un d'eux hôte sa capuche, et dévoile à la vue de tous sa peau pâle, presque transparente au soleil. Jamais je n'avais vu peau si pâle, et fragile, et pourtant, l'homme reste là sans broncher, sous ce soleil.
D'un seul coup, toute la pression emmagasinée en moi depuis la veille retombe brutalement : ce n'étaient pas des vampires. Grâce au ciel ! En mon for, je Lui adresse un bref 'merci'.

Il reste néanmoins un mystère à résoudre : le pourquoi de cette commande. En quoi ma croix les intéressait-il ? Et comment Diable savent-ils que je suis à Londres ? Il me faut en savoir plus, et vite. Comme je déteste me sentir ignorant !

Lentement, je me lève, et tâche de rester aussi naturel que possible. Je dépose quelques pièces de ma bourse sur la table, et fait le tour en longeant les murs, de sorte à me trouver dans le dos, tandis que je vois Miss Adler, alias Milady comme j'ai ainsi pu l'entendre des protagonistes, continue de leur parler. A première vue, ils ne semble pas bien méchant, mais je me méfie néanmoins : leurs vêtements amples peuvent offrir suffisamment de place pour y dissimuler une arme ou deux. Je les vois raides, tendus. Ils ne sont pas aise d'être là.

J'arrive enfin à me placer dans leur dos, pour prendre une chaise à la table juste derrière la leur. Il me faut entendre ce qu'ils ont à dire pour en savoir le plus possible. En un signe de tête, j'enjoins la voleuse de poursuivre sa discussion avec ces charmants messieurs. En mon for, j'espère ainsi ne pas avoir à intervenir physiquement.

A portée immédiate d'eux, ma chaise dos à la leur et éloignée de 3 mètres, je tends mon esprit vers l'homme qui semble parler pour les deux. Je ne rencontre aucune résistance, et m’émisse dans ses pensées. Et là je tombe des nues.

Je ne ressens... Rien. Le néant total. Il était fort, fort rare que je rencontre ce type d'individu par le passé, tant cela requiert une force et discipline d'esprit absolue. Et cet homme que je sonde en ce moment même sans rien y découvrir, m'offre un mystère encore plus vaste. Je me retirais de suite, inquiet.

De toute évidence, il était préparé à ce genre d'exercice, et cela signifiait ainsi qu'il en sait bien plus sur moi que je ne le pensais. Très inquiétant...

Je lance un regard vide par dessus mon épaule à Milady, ne sachant que faire, si ce n'est d'attendre d'elle qu'elle les fasse parler davantage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Irene Adler


Quelques petites choses sur moi:
Devise :
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius) Sam 4 Aoû - 19:01

Mon père, j'ai failli pécher...

D'un calme olympien et serein, Irene continue de discuter avec les deux hommes, sirotant son thé et les écoutant d'une oreille attentive. Si elle n'en montre rien, elle surveille l'homme de Dieu et remarque, du coin de l’œil, qu'il s'est déplacé l'air de rien pour se placer pas très loin de leur table. Elle le prend comme un signal pour les faire parler un peu plus, et se décide à se jeter à l'eau :

Pardonnez mon indiscrétion, mais que vous a fait le propriétaire de la croix pour que vous décidiez de lui prendre son bien le plus précieux ?

Les deux hommes échangent un regard, et celui qui semble le plus éloquent reporte son attention sur Irene en souriant :

C'est une affaire personnelle... tragique. Cet homme a déshonoré notre famille, nos pères n'ont rien pu faire, et c'est à nous de réparer ce qui a été fait. Si en plus il a participé à la dépossession de votre famille, nos chemins sont communs.

Irene affiche un masque neutre mais le fusille du regard ; il ment de façon éhontée, elle n'est absolument pas convaincue de ce qu'il avance. D'un ton sec, elle siffle pour rétablir le rapport de force :

Sachez, Monsieur, que je déteste que l'on me prenne pour une débutante qui boit les paroles de ses potentiels alliés. Si vous voulez que nous travaillons ensemble, soyez honnête et cessez de me prendre de haut. Sans moi, vous ne pouvez rien faire, je me permets de vous le rappeler.

Le visage contrit qu'il affiche lui donne satisfaction, et elle reprend une gorgée de thé en retenant le sourire qui manque de s'afficher sur ses lèvres. Il est toujours bon de rappeler qu'elle est le maître du jeu, quand ses potentiels alliés prennent trop de confiance en eux et se permettent de lui mentir. D'un geste de la tête, elle l'invite à reprendre, cette fois en disant la vérité, et c'est l'autre encapuchonné qui répond, tremblant légèrement :

On est juste passés devant la maison une fois, et on a vu la croix sur sa poitrine. Promis c'est la vérité !

D'accord, juste appâtés par ce qui brille... De vraies pies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius)

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon père, j'ai failli pécher... (PV Tiberius)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cher Père Noël... le sondage
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
League of Extraordinary Gentlemen :: Londres :: 
Quartiers Nord-Est
 :: Résidences :: QG de l'Ordre du Temple, demeure de Tiberius Venturi
-
Sauter vers: