AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 please, don't say you recognized me (+ edgar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
G. Sasha Ashton
Initié


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Tenir droite. Toujours.
Un petit mot ? : J'ai beau être une Lady, je tire très bien.
Equipement :
Message(#) Sujet: please, don't say you recognized me (+ edgar) Sam 16 Juin - 21:18

please, don't say you recognized me
edgar a. poe + g. sasha ashton
i'm not the one you think i am, and ever if i was, how could you tell ? for nothing's sure, except that she disappear so long ago...
La lumière diffuse des lampes à gaz éclaire doucement les couloirs secrets qui courent tels des serpents sous le Parlement, laissant la part belle aux ombres qui s'étendent autour des boiseries, dans les alcôves disséminées le long des traverses, derrière les colonnes ouvragées supportant le poids du bâtiment le plus important de Londres après le palais de Buckingham. Je déambule, sans but précis, appréciant la tranquillité subjective des couloirs parcourus par des créatures que le commun des mortels relèguerait à la légende pure et simple. Car ici, vampires, loups garous, dragons et sorciers se mêlent aux humains ordinaires, le tout dans une chorégraphie parfaitement orchestrée qui fait penser à un ballet tant les êtres qui se croisent dans ces couloirs le font avec grâce et sans aucun heurt. Voilà que je viens de poser le rapport détaillé de ma dernière mission, et il me faut maintenant attendre la prochaine missive de la Ligue... Je m'ennuierais presque déjà. Car la double vie que je mène, espionne à mi-temps pour la fantastique organisation qu'est la Ligue, et étudiante à mi-temps au Collège de Londres, ne m'apporte d'enthousiasme que lorsque je plonge dans mes habits d'homme et risque ma vie pour protéger ce que tous ici souhaitent maintenir : la paix mondiale. Si les cours que je suis à la faculté sont intéressants, ils ne me font pas frissonner devant le danger ou frémir d'impatience ; cela, seules les missives cachetées, livrées chez moi par un émissaire de la Ligue, et qui renferment la consigne et la destination d'une prochaine mission peuvent le provoquer. Je soupire, et dans ce filet d'air qui s'échappe de mes lèvres mi-closes, je mets toute la frustration que je ressens à l'idée de vivre encore une période où seuls mes cours obligatoires mettront un peu d'animation dans mon quotidien. Pour le moment, il n'est pas temps de rentrer chez moi et de passer à nouveau une robe ; je préfère parcourir ces couloirs jusqu'à les apprendre par coeur, et être capable de m'y déplacer en urgence et dans le noir si jamais pareille situation venait à se produire. Au cours de mes déambulations hasardeuses, je croise un homme dont le visage fin, presque émacié, me semble étrangement familier. Et lorsque je vois une étincelle briller dans ses yeux, je sais qu'il m'a reconnue, mais je n'arrive toujours pas à mettre un mot sur son visage ou un cadre autour de lui. Il s'approche de moi, et soudain, je me rappelle : c'est Edgar Poe, l'homme dont j'ai écrasé le chapeau aux courses d'Ascot... Habillée en femme. Non ! Je me sens soudain légèrement mal sous son regard des plus insistants. Se pourrait-il que, malgré mon maquillage presque outrancier lors de l'évènement mondain auquel j'ai été forcée de participer bien malgré moi, il m'ait reconnue aujourd'hui, malgré le fait que je sois habillée en homme ? Je ne peux pas le laisser croire qu'il a raison. Ma réputation, le respect que je reçois de la Ligue, de chacun des membres qui la composent, la confiance que l'on me fait pour des missions sensibles, tout cela tient au fait qu'ici, entre ces murs et pour tous les membres de l'institution, je suis Sasha Ashton, jeune homme de vingt-deux ans, et non pas Gabrielle de Hauteville, fille unique d'un comte français, demoiselle de haut lignage que mes parents voudraient voir mariée au plus vite. Décidant que l'ignorance de celui qui pourrait me mettre en danger est, dans cette situation bien précise, un moyen sûr de le faire douter et de l'éloigner de moi, e détourne le regard et continue d'avancer, cherchant à l'éviter en me glissant au milieu de la foule qui, comme si une entité supérieure l'avait décidé pour m'aider, sort soudain d'une salle de réunion pour se disperser dans le couloir trop vide. Peine perdue. Les yeux inquisiteurs de l'auteur sont toujours fixés sur moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firstdaysofshield.forumactif.com
avatar
Edgar A. Poe
Initié


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Les paroles disparaissent, mais les écrits restent
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: please, don't say you recognized me (+ edgar) Jeu 21 Juin - 15:20

Please don't say you recognized me
Sashou et Edoudou

J'étais au QG de la ligue. En fait depuis que je l'avais rejoins, je suivais un entraînement des plus sérieux auprès de mon mentor. Je me dérouillais un peu, j'avais fais de la gymnastique dans la jeunesse, et j'avais même eu des prix pour ça, j'avais également fait plus de cinq ans dans l'armée, là bas j'avais appris à me battre, à tirer et des tas d'autres trucs que j'avais rangé dans ma mallette. J'avais souhaité rejoindre la ligue, espérant pouvoir faire au moins quelques petites choses dont je serais fier. Après tout... J'avais certes vendu mon âme, et pour moi, il n'y aurait rien de plus que l'enfer, mais... Ce n'était pas pour autant que je devais me laisser aller. Certes, il n'y avait pour moi aucun espoir. D'ici huit petites années, il n'y aurait rien d'autre que mon extinction, ma désintégration, mais j'avais avec moi une incroyable capacité, celle d'être sous la surveillance d'une nounou démoniaque prête à sortir de sa montre pour me protéger de la mort. Ho bien sûr, les petits bobos, il n'en avait rien à fiche. Parfois Pluton était un être sans cœur. L'être prenait la forme d'un chat noir lorsqu'il était à la maison, puis celle d'un fauve gigantesque et menaçant lorsqu'il sortait de la montre pour me défendre. Enfin... Toujours est-il que la ligue n'était pas vraiment au courant de mon petit pacte avec les forces du mal. Après un entraînement particulièrement éreintant, et suite à une douche complète, je déambulais dans les couloirs dans l'espoir de trouver la sortie. Il fallait dire que je n'avais pas vraiment un sens de l'orientation à toute épreuve. C'était ça ? Ou les plans du quartier général étaient-ils un véritable labyrinthe ? Et puis il fallait dire que la ligue n'était pas le genre d'endroit où, lorsqu'on entrait, on avait droit à un plan, un petit stylo souvenir et un macaron à accrocher à sa veste. Être sous terre, c'était quelque chose d'angoissant pour moi. J'avais tendance à détester me retrouver dans des endroits sous terrains. Je marchais depuis dix minutes, avant de me stopper et de reconnaître le couloir... C'était celui que j'avais longé pour aller à la salle d'entraînement, je poussais un soupir sonore. Voilà... j'allais finir par me perdre et par mourir ici, si ça se trouve, on ne me retrouvera pas avant que je sois devenu un beau squelette aux os blanchis, triste fin pour un pessimiste tel que moi. Alors que je commençais à désespérer, je croisais alors un jeune homme qui me fit une drôle d'impression... Je l'avais aperçu, et ma tête avait décidé qu'il s'agissait d'une femme. C'était très étrange, de plus j'avais une impression de déjà vu. Je n'arrive toujours pas à comprendre d'où me viennent ces furieuses impressions, avant que je ne me rende finalement compte que effectivement, je connaissais ce jeune homme, qui était une jeune femme lorsque je l'avais rencontré une première fois. Ou alors cette femme avait un frère jumeau fichtrement ressemblant. J'étais assez physionomiste pour me rendre compte que non, il n'y avait nul jumeau dans l'histoire. J'avais en face de moi Miss De Hauteville. Et j'en étais intimement persuadé. Alors que je la regarde, je la vois détourner le regard et m'ignorer. Cela me parut d'autant plus suspect. Il ne fallait pas me prendre pour un idiot, mes voyages idylliques dans certains bars d'Amérique m'avais permis d'en apprendre énormément sur la psyché humaine. Hors... Miss Gabrielle ne voulait pas que je la remarque. Ou le remarque ? Enfin... Peu importe ! Elle aurait pu se fondre dans un mur qu'elle l'aurait fait. Mon regard ne la perdit pas un instant, même lorsqu'une troupe de personnes sortirent d'une salle de réunion. A la sensation de ma montre commençant à chauffer contre ma peau, je me rendis compte que Pluton s'amusait et n'en perdait pas une miette, je pus me faufiler, avec du mal, parmi les gens. Honnêtement ? Je ne savais pas comment la qualifier, était-ce un « il » se cachant en « elle » ou un « elle » se cachant en « il » ? C'était beaucoup trop... Même en étant sobre, mon esprit me semblait incroyablement emmêlé, je l'attirais dans un coin discret, sans personne, j'ignorais où j'étais. J'étais perdu, bien sûr...  Mais bon, peut être pourrais-je avoir un p'tit coup de main, tout en tirant cela au clair.

« Hé bien... Cela faisait longtemps... Je crois...Vous savez, c'est le croque mitaine qui disparaît quand on pense très fort « tu n'es pas là, tu n'existes pas. » Vous pourriez... peut être m'indiquer la sortie ? Je suis un peu perdu. Je voulais vous demander mon chemin, mais comme vous avez fuis... ça m'a intrigué. »

 


_________________
[ Enjoy every moment ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
G. Sasha Ashton
Initié


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Tenir droite. Toujours.
Un petit mot ? : J'ai beau être une Lady, je tire très bien.
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: please, don't say you recognized me (+ edgar) Jeu 21 Juin - 21:16

please, don't say you recognized me
edgar a. poe + g. sasha ashton
i'm not the one you think i am, and ever if i was, how could you tell ? for nothing's sure, except that she disappear so long ago...
Et soudain, contre mon gré, je suis entraînée dans une sorte de danse, presque un jeu du chat et de la souris, une valse distante où la proie que je suis cherche à échapper au fauve qui la poursuit, qui me poursuit de son regard pénétrant, comme si j'étais prisonnière de ces yeux orageux. Mais rien ne semble y faire, car le danger qui me menace rôde encore et toujours autour de moi, et l'air que je respire me paraît soudain plus épais, alors que je tente toujours de fuir cet auteur reconnu qui, de ses yeux inquisiteurs, a percé à jour mon déguisement. Et mon souffle soudainement se fait court lorsque la main de l'homme que j'essaye presque désespérément de fuir se referme sur mon bras, et que sa poigne à peine plus forte que la mienne m'oblige à le suivre dans l'une des nombreuses alcôves qui se trouvent dispersées le long de ce couloir sans fin. Lorsqu'il me fait remarquer d'une voix presque curieuse que cela fait longtemps que nous nous sommes croisés, lors de cet après-midi aux courses d'Ascot, je détourne le regard sans répondre tout de suite. Je me maudis intérieurement jusqu'à la douzième génération pour ne pas avoir fui dans l'un des passages secrets dont ce lieu mystique regorge et que je commence à connaître assez bien pour me déplacer en toute discrétion. Peut-être qu'une partie de moi a envie de laisser tomber le masque, de révéler à tous que sous le jeune et intrépide Sasha Ashton se cache une jeune fille sensible, dont le seul vice est de rêver d'aventures ? Alors je soupire, doucement, et finis par répondre à l'auteur que j'admire d'une voix presque trop timide, mais où la résignation domine :

« Vous avez l'oeil vous... Pourtant, j'étais presque déguisée, aux courses... Trop maquillée, trop bien coiffée, trop habillée... »

J'ose enfin relever les yeux vers lui, et j'accepte d'abdiquer contre cet homme que je connais à peine mais qui a su voir au-delà de mon habit d'homme et de mes cheveux courts. J'espère de tout mon coeur qu'il est le seul assez observateur pour avoir brisé mon masque, car si la Ligue apprend que je suis en réalité une femme, je risque fort de perdre mon statut et mon emploi. Non pas parce que l'organisation à laquelle j'ai juré fidélité n'embauche pas les femmes ; mais bien parce que l'honnêteté est de mise en entrant à la Ligue, et que je n'ai pas respecté cet engagement. Il me faudrait alors recommencer à zéro, revivre mes années de formation, prouver une nouvelle fois ma valeur.

« Si vous pouviez éviter de crier sur tous les toits que vous savez que je suis... une femme, je vous en serais reconnaissante. Reconnaissant. Ici, je suis Sasha Ashton. »

Je cherche l'étonnement sur son visage, mais ne le trouve pas ; au contraire, il ne semble même pas surpris de la demande que je viens de lui faire, et je lui en suis immédiatement reconnaissante. Je n'ai pas envie que mon statut à la Ligue change maintenant parce que j'ai commis une bêtise en ne restant pas dans la loge réservée aux personnes de haut rang lors des courses d'Ascot, au milieu de ces gens trop imbus de leur personne pour songer une seconde à essayer de voir derrière la montagne de maquillage que j'avais réussi à étaler sur mon visage. Alors, je reviens sur la troisième partie de son intervention, et hausse les épaules avec un demi-sourire :

« Et si vous êtes perdu... Je peux toujours essayer de vous aider. Je commence à bien me repérer dans ces couloirs, même si ce n'est pas toujours facile et que j'ai encore tendance à découvrir de nouvelles pièces ou de nouveaux passages. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firstdaysofshield.forumactif.com
avatar
Edgar A. Poe
Initié


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Les paroles disparaissent, mais les écrits restent
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: please, don't say you recognized me (+ edgar) Mer 4 Juil - 10:02

Please don't say you recognized me
Sashou et Edoudou



Je ne comprenais pas vraiment ce qu'il se passait, pourquoi Lady Gabrielle me fuyait, je n'avais pas eu l'impression, durant les courses, d'être un tel goujat... Mais moi j'aimais aller au fond des choses, et c'est pour cette raison que je la suivais, encore et encore. Que je tentais de la rattraper. J'avais l'impression de courir après une ombre, après une silhouette, et Pluton se délectait de cet état de fait. Je finis par la rattraper, posant ma main sur son poignet, la retenant d'une poigne douce, mon but n'était pas de lui faire mal, encore moins de lui meurtrire les poignets, je n'étais pas un monstre. Je finis par l'embarquer dans un coin tranquille, là où nous pourrions discuter... loin, très loin des oreilles indiscrètes. Un sourire amusé s'étire sur mon visage alors qu'elle se met à parler, je fronce doucement les sourcils, avant de hausser les épaules et de lui répondre d'une voix douce et calme.

« Je suis assez physionomiste, je n'oublie pas un visage. De plus... malgré votre maquillage, on pouvait vous avez trois grains de beautés qui suivent à la perfection le même axe dans le cou... Et si je ne m'abuse, même des frères et sœurs jumeaux n'ont pas les mêmes grains de beautés, voilà. Vous savez... Je cherche tellement le réalisme pour mes personnages que j'ai développé un sacré sens de l'observation.  »


Elle semblait toute penaude, comme un gamin prit sur le fait, et je devais avouer que j'étais surpris de voir un tel visage. C'était comme si son petit monde s'effondrait, mais je ne comprenait pas vraiment pourquoi, quand elle reprit la parole, une lumière de lucidité brilla dans mon regard alors que je hochais doucement la tête, haussant nonchalamment les épaules.

« Vous savez... Moi c'est pas mon genre de crier sur les toits quand le sujet principal me concerne pas. En fait si je vous ai demandé tout ça, c'était juste parce que j'étais assez curieux. N'ayez crainte, je n'en dirais mot à personne Monsieur Ashton. »


Je lui offrit un clin d'oeil complice. Bien sûr, je pouvais comprendre son positionnement et sans doute son choix. Si une femme devait partir en mission avec une robe aussi... meringue que celle qu'elle portait dernièrement, elle ne pouvait pas aller bien loin... Et puis le port de pantalons était interdit de nos jours. Si vous voulez mon avis, c'était idiot comme loi, mais que vouliez vous qu'on y fasse ? Rien... Il fallait croire que les têtes pensantes de ce pays étaient assez conservateur, et souhaitaient conserver le monopole du pantalon. Ce fut alors à mon tour de me trouver penaud.Je devais avouer que mon sens de l'orientation laissait à désirer, et ce depuis mon plus jeune âge. Je me rappelais la nuit que j'avais passé à mes dix ans dans la forêt parce que je n'avais su retrouver mon chemin. J'imaginais des loups et des monstres dans chaque ombre que je voyais. Et ceci était vraiment effrayant.

« Je vous avoue que... Si on ne m'aide pas, je risque de finir par passer ma journée ici ! Et... Je n'en ai pas envie, j'ai eu une idée de roman, et j'aimerai bien la coucher sur le papier. Enfin en tout cas merci de votre aide. »


En réalité je commençais à sentir la crise « d'écriture » poindre le bout de son nez, l'inspiration m'avais touché sur je ne sais quel sujet. Et j'avais vendu mon âme pour ce génie de l'écriture. De ce fait, le démon s'amusait à faire poindre ces crises incroyables où, lorsque j'avais noircis toutes les pages blanches devant moi, je me mettais à écrire sur toutes surfaces disponibles, ne m'arrêtant qu'une fois le génie passé. Quand c'était un simple poème, c'était court mais... Sinon... Je passais des journées entières à écrire, encore et encore... Et parfois, je me disais avec mon cynisme habituel que... même cassée, même coupée, elle continuerait à écrire tout de même. Le diable transforme le moindre vœu en cauchemar... Et je n'avais pas envie d'expliquer aux membres de la ligue pourquoi leurs murs étaient couverts d'encre, et pourquoi ils ne pouvaient pas nettoyé avant que je n'ai eu finis de tout recopier. Pour info... C'était au moins la troisième fois que je faisais retapisser mon bureau.
 


_________________
[ Enjoy every moment ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
G. Sasha Ashton
Initié


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Tenir droite. Toujours.
Un petit mot ? : J'ai beau être une Lady, je tire très bien.
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: please, don't say you recognized me (+ edgar) Dim 8 Juil - 11:56

please, don't say you recognized me
edgar a. poe + g. sasha ashton
i'm not the one you think i am, and ever if i was, how could you tell ? for nothing's sure, except that she disappear so long ago...
J'ai du mal à avaler, il est si près de moi... Et je déglutis difficilement lorsqu'il me fait remarquer mes trois grains de beauté dans le cou. Bravo Sasha, il faudra faire plus attention la prochaine fois... Je me promets de les camoufler avec beaucoup d'attention la prochaine fois que j'endosserai le rôle de Gabrielle. Mais le fait qu'il les ait remarqué me fait frémir. L'auteur à succès que j'ai en face de moi est vraiment trop physionomiste pour que ce soit acceptable en société... Et je commence doucement à m'inquiéter pour la suite, lorsqu'il m'avoue observer attentivement les gens pour trouver des idées afin que ses personnages paraissent les plus réalistes possibles. Ce qui, je dois l'avouer, se tient plutôt bien... Il est vrai que les visages, les attitudes qu'il décrit au fil de ses romans sont très réalistes, et qu'on pourrait presque peindre ses protagonistes rien qu'à lire leurs descriptions. Et je me sens envahie par un soulagement réel lorsqu'il me promet de ne pas crier ma véritable identité sur les toits. Je n'aurais pas supporté de voir les quatre dernières années de ma vie partir en fumée, tous les efforts que j'avais faits pour être admise au sein de la Ligue en tant qu'homme réduits à néant, mon identité révélée au grand jour... Et mon père en aurait certainement rajouté en me gardant enfermée au château familial jusqu'à ce qu'il trouve enfin un prétendant acceptant de lier son nom au mien, malgré la honte publique dont mon père m'aurait affublée. Il a beau être l'un de mes auteurs favoris, avec ses romans noirs et tellement bien écrits, je n'aurais pas hésiter à le menacer, voire à l'attaquer physiquement, s'il m'avait répondu autrement.

« Merci, monsieur Poe. Vous pouvez m'appeler Sasha ici. Monsieur Ashton... c'est mon grand-père, je suis peut-être un peu trop jeune pour m'entendre appeler de la sorte. »

J'ai un petit rire. Je n'ai que vingt-deux ans après tout, et personne ne m'appelle ainsi, même pas mes interlocuteurs à la Ligue. Tout le monde me traite comme le gamin à peine adulte que je suis, et cela me va très bien.

Je le sens tout à coup un peu fébrile, et je commence à m'inquiéter vaguement. Il n'a pas l'air d'aller bien... Peut-être est-ce l'air après tout peu frais qui se trouve dans ces couloirs, étant donné le manque total d'aération et de fenêtres ici, puisque nous sommes en sous-sol. Malgré la multitude de lampes dans les couloirs, qui font qu'on pourrait se croire en surface, nous sommes profondément enfoncés dans la terre, et l'humidité ajoutée au manque d'air peur en rendre malade plus d'un. Personnellement, il m'a fallu bien du temps avant d'arriver à ne pas ressentir une sensation peu agréable d'étouffement et de lourdeur lorsque je me promenais le long de ces couloirs... Mais je m'y suis habituée maintenant. Peut-être, sûrement, que ce n'est pas le cas de l'auteur... Mieux vaut ne courir aucun risque.

« Voulez-vous que je vous emmène dehors, ou préférez-vous une salle de repos ? Vous avez l'air pâle, un peu maladif, si je puis me permettre. Peut-être que la meilleure solution pour le moment est de vous allonger... Je vous ferai un thé. »

Je poursuis avec un petit sourire qui se veut rassurant :

« Et si vous voulez écrire, je pourrai vous rapporter du papier, une plume et de l'encre. Il y en a à foison ici pour qui sait où chercher... Et je sais où en trouver rapidement. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://firstdaysofshield.forumactif.com
avatar
Edgar A. Poe
Initié


Quelques petites choses sur moi:
Devise : Les paroles disparaissent, mais les écrits restent
Un petit mot ? :
Equipement :
Message(#) Sujet: Re: please, don't say you recognized me (+ edgar) Mer 11 Juil - 23:21

Please don't say you recognized me
Sashou et Edoudou

Parfois... Il y a des choses qu'on devrait taire. Expliquer la raison qui avait fait que j'avais reconnu Gabrielle en cet homme en était sans doute une. Les gens trouvaient ça inquiétant, du moins c'était ce que la femme de mon éditeur ne cessait de me répéter. « Edgar, cesse de dévisager les gens, c'est effrayant » qu'elle disait. Et elle n'avait sans doute pas tort, même si moi, je ne voyais pas le mal dans mes actes. J'étais perfectionniste, j'étais sans cesse à la recherche de détails que je pourrais transposer dans mes livres, afin de rendre mes personnages dans un premier temps incomplet, de plus en plus humains.  Je hochais la tête à ses mots.

« Bien, de rien Sasha. Vous n'avez rien à craindre avec moi. »


Le sujet de l'identité de Sasha ou de Gabrielle était clos pour moi. Je n'y reviendrais plus. A quoi bon se pencher sur des sujets qui étaient gênant pour la personne visée, et n'entrait pas en ligne de compte dans ma vie ? Ce sujet ne me concernait pas. Alors j'enfermais cette donnée dans un coin de mon cerveau duquel il ne ressortirait plus jamais. Les secrets finissent par sortir quand on y prête attention, quand ils sont sur toutes les lèvres. Mais... je ne me faisais pas énormément de soucis du cas de son secret.
Dans toute cette effervescence, je sens ma montre chauffer, ma main trembler. Une crise est proche si le démon se manifeste de la sorte. J'avais besoin de retrouver mon bureau au plus vite, et de m'y enfermer pour les prochains jours. J'étais une victime volontaire de ces crises qui me laissaient parfois avec des douleurs articulaires atroces. Mon teint déjà pâle était désormais presque gris, mon regard brillant mais fuyant, je devais sortir... je devais sortir d'ici. Je hochais la tête à ses mots, ma voix me semblait blanche, je devais faire un effort surhumain pour me contrôler, contrôler cette pulsion. Il ne fallait pas que je touche mon stylo. Je croisais mes bras.

« Je... oui... je vous serais fort reconnaissant de me trouver... Je ne sais pas, peut être un bureau ainsi que tout ce qu'il faut pour écrire... S'il vous plaît, je pense que je risque d'être coincé ici un bon moment. »


Ces crises, je les avaient depuis mon pacte avec un démon, et... Je devais bien avouer que les rares spectateurs qui avaient eu affaire à ce don du diable avaient soit démissionné soit étaient sortis de ma vie. Donc je devais avouer que j'affrontais tout ça avec une angoisse manifeste. Certes, j'étais devenu un écrivain célèbre et apprécié, mais ma vie était rythmé par ces envies subites d'écritures. Lorsqu'il s'agissait d'un poème, cela durait vraiment peu de temps, une nouvelle, ça pouvait aller de quelques heures à une journée. Pour un roman complet... là c'était plus vicieux, cela pouvait durer des jours, journées durant lesquels je ne faisais rien d'autre que d'écrire, et cela se finissait bien souvent par des journées et des journées passées à me reposer, et à récupérer, guettant la prochaine crise qui pouvait aussi bien arriver demain que dans six mois. Je n'avais aucun contrôle de la chose. Je ne décroisais pas les bras, car je savais que ce serait fatale, je me contentais d'attendre, l'angoisse pointant le bout de son vilain nez et me prenant à la gorge. Moi aussi... j'avais certains secrets que je ne souhaitais pas voir révélés. En réalités, ces crises d'écritures avaient un but. Focaliser mon attention sur la feuille et le papier, le reste, c'était un amalgame d'idées amassées par ma caboche, toute données, tout souvenir se mêlant pour former le brouillon d'une nouvelle aventure, tantôt horrifique, tantôt une folle course poursuite policière... Les domaines étaient vastes, et on ne pouvait pas dire qu'en ce moment ma vie manquait de piquants !

« Je... Où est le bureau le plus proche ? »


Je suais déjà à grosse goutte, je n'avais pas l'habitude de luter ainsi... Si je ne souhaitais pas inquiéter Sasha... c'était raté.




_________________
[ Enjoy every moment ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: please, don't say you recognized me (+ edgar)

Revenir en haut Aller en bas
 
please, don't say you recognized me (+ edgar)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Est ce rydia et Edgar bénéficieront d'une évolution 5*
» Lesly Pean sur les élections,Haiti perd tout ce qu'il y a de beau et merveilleux
» Quel est le méchant le plus méchant de Disney? [Survivor]
» Edgar. Le seul lézard volant au MONDE.
» EDGAR ✖ he said if you dare come a little closer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
League of Extraordinary Gentlemen :: Londres :: 
Quartiers Nord - Ouest
 :: Parlement et Big Ben :: Le siège de la Ligue
-
Sauter vers: